ARRIVÉE DEMAIN DES CHEFS D’ETAT DE LA CEDEAO AU MALI : UNE VISITE ECLAIR QUI AUGURE UN PROBABLE DENOUEMENT

Annoncée Lundi, après l’échec de la seconde équipe de médiation de la CEDEAO, la venue des chefs d’Etat de plusieurs pays de la sous-région prévue pour demain semble prendre de l’ampleur. Au départ quatre chefs d’Etat étaient annoncés dont Alassane Ouattara, président de la Cote d’Ivoire, Macky Sall président du Sénégal, Mahamadou Issoufou président du Niger, et Nana Akufo Addo président de la république du Ghana. Finalement il semblerait que les pays membres de la CEDEAO, ne badinant pas avec la crise Malienne, ont augmenté leur effectif. En effet au lieu de quatre, se sont cinq chefs d’Etat en exercice qui viendront dans notre pays demain, accompagnés de Jonathan Goodluck et d’une forte délégation. Le cinquième chef d’Etat à venir n’est autre que Muhammadu Buhhari, président de la République du Nigeria. Cette pondéreuse délégation, et non des moindre semble venir en force après que celle de Jonathan Goodluck n’ai pas porté fruit. Avec cette venue, la CEDEAO compte bien jouer la dernière carte pour régler définitivement la crise par laquelle passe le Mali et particulièrement leur Ami et homologue, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita.

En effet, il n’est un secret pour personne que le CEDEAO, rejette catégoriquement une quelconque démission du président IBK et de surcroit qu’on le relègue au rang de président Honorifique. Avant son départ il y a de cela quelques jours, Jonathan Goodluck et les membres de la CEDEAO, à travers un communiqué final, avaient été clair :

« Aucune forme de changement non constitutionnel d’accession au pouvoir ne sera acceptée par la CEDEAO » comme dirait l’autre, « comprendra qui pourra ».

Jonathan Goodluck après  ses échanges , qu’on peut qualifier de bide monumental, Avec les membres du M5-RFP semblait irrité et avait même tenu des propos ,qui pour certains, seraient source de malentendus en ces termes

«  Le M5 RFP doit intégrer le gouvernement d’Union Nationale au cas où il rejette l’offre, le pays doit aller de l’avant » ,

comme pour dire que avec ou sans les contestataires les choses avancerons et que la CEDEAO prendra toutes les dispositions nécessaires pour que cela se fasse. Mais, une chose n’est pas à omettre, le M5 RFP dispose d’une autorité morale en la personne de Mahmoud Dicko, qui détient plus de pouvoir sur cette crise qu’il ne laisse paraitre. Raison pour laquelle les premières et majeures négociations des délégations internationales se déroulent avec lui. Parce qu’on le veuille ou pas, Mahmoud Dicko est et reste la clef de voute de cette contestation. La preuve en est que l’instruction a été donnée aux manifestants de stopper la désobéissance civile pour cause de préparatifs de la Tabaski. Mais et si la raison était toute autre ?

En effet, des sources révèlent que certes le M5-RFP est soucieux du déroulement des préparatifs de la fête de tabaski, mais aussi que l’annonce de l’arrivée de plusieurs chefs d’Etat a permis de revoir à la baisse la contestation. Mahmoud Dicko qui depuis un certain temps tiens un discours d’apaisement semble au fond ne pas être totalement satisfait des propositions faites par la CEDEAO, car cette dernière n’a pas donné satisfactions aux exigences concernant la démission du Premier Ministre et la dissolution complète de l’assemblée Nationale. En outre, nos sources nous révèlent que des dissensions persistent au sein des membres du M5 RFP notamment concernant les différentes propositions de la CEDEAO, que certains d’entre eux trouvent convenables. Raison pour laquelle ils ont mis autant de temps (plus de 24 heures) avant de se prononcer sur les propositions finales de la CEDEAO. Entre temps un communiqué factice a été diffusé et très vite démenti par Me Mountaga Tall. Toujours en est-il (…)

AWA TRAORE

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *