Affaire Sanogo : 32 ex-gardes du général Sanogo entament une grève de la faim

Arrêtés pour les besoins de l’enquête sur la disparition de militaires suite du contre coup d’Etat du 30 avril 2012, trente-deux gardes mis à la disposition du général Amadou Haya Sanogo décideraient d’aller en grève de la faim ce matin.

 

  soldats maliens Kati affaire sanogo amadou haya greve faim mali

 

Trente-deux membres de la sécurité de l’ex-capitaine, devenu général quatre étoiles, Amadou Haya Sanogo, arrêtés le mois de novembre dernier observeront en principe à compter de ce matin une grève de la faim de protestation.

 

 

Détenus au camp I de la Gendarmerie dans le sillage de l’affaire Amadou Haya Sanogo, les collaborateurs de l’ex-chef putschiste, dont le sergent Hadja Traoré, le 1er cavalier servant tireur Fodé Magassouba et une trentaine de militaires vivent, selon leur avocat, Me Harouna Toureh,  » dans des conditions répugnantes et exécrables « . Il vient de porter plainte  contre X pour délit de tortures, d’arrestations illégales et séquestrations de personnes.  

 

 

La mise sous mandat de dépôt du Général Amadou Haya Sanogo a été suivie de l’arrestation et la détention des collaborateurs  de l’ex-chef de la junte qui a renversé le président Amadou Toumani Touré le 22 mars. Il s’agit notamment du sergent Hadja Traoré et du 1er cavalier servant tireur Fodé Magassouba. Le premier a, selon Me Toureh, été affecté régulièrement par décision du ministre de la Défense auprès du Général Amadou Haya Sanogo en qualité de cuisinière. Le sergent Hadja Traoré, a ajouté l’avocat, est en état de grossesse médicalement constatée et détenue dans les mêmes conditions exécrables que les hommes, mais dans un lieu différent.

 

 

Depuis leur arrestation, ces hommes de l’ancien capitaine, impliqué dans plusieurs cas de meurtres, tentent par là de s’échapper des mailles de la justice. Leur dossier devait recevoir une requalification après la découverte du charnier de Diago loin de la ville garnison de Kati.

Et si les faits qui leur sont reprochés se confirmaient, ils passeraient aux assises de la Cour martiale.

 

 

L’affaire Sanogo pourrait avoir un nouvel rebondissement si cette grève de la faim était exécutée par ses hommes depuis plus d’un mois.

 

 

Ousmane Daou

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.