Accord intercommunautaire : Les Ifoghas et les Imghads veulent tourner la page

Deux tribus touarègues, les Ifoghas et les Imghads, ont conclu le week-end dernier un accord censé mettre fin à des décennies d’hostilité qui ont entretenu la violence dans la région, selon des documents que Reuters a pu consulter.

reunion manifestation population civile mouvements Azawad chef rebelle touareg mnla hcua cma arabes nord mali kidal desert sableLa vieille rivalité entre les deux groupes a pris une nouvelle dimension quand les séparatistes des Ifoghas ont pris le contrôle du nord en 2012, avec l’aide de groupes islamistes. Ces islamistes ont été repoussés à la suite d’une intervention militaire française en janvier 2013 mais la tension a persisté entre le gouvernement de Bamako et les séparatistes touaregs. Un accord de paix conclu en juin dernier n’a pas permis de mettre fin à la violence.

La Plateforme, coalition de groupes armés favorables au gouvernement de Bamako et comprenant notamment les Imghads, a lancé cet été une offensive dans les zones tenues par les séparatistes de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), sans parvenir à prendre leur bastion de Kidal.

A la suite de discussions la semaine dernière, les deux tribus touarègues ont décidé de tourner la page et de se concerter sur les dossiers politiques et économiques de la région.

“Les deux communautés s’engagent à s’entraider sur tous les aspects sécuritaires et s’entraideront sur la gestion de leurs intérêts partout où elles sont”, précise le texte de l’accord daté du 10 octobre. Les deux parties acceptent de résoudre tous leurs désaccords par le dialogue et de tout faire pour renforcer la sécurité et l’unité.

Une commission va être créée pour contrôler l’application de cet accord.

“Les gens sont fatigués de la guerre”, a dit un responsable du Gatia (Groupe armé touareg imghad et alliés), qui fait partie de la Plateforme.

 

FINANCEMENT DE L’ACCORD

Le gouvernement veut consacrer 100 milliards de FCFA

Lundi, le gouvernement a annoncé qu’il consacrerait 100 milliards de francs CFA (environ 154 millions d’euros) par an entre 2016 et 2018 au financement des mesures prévues par l’accord de paix signé en juin sous l’égide de l’Algérie et avec l’appui de l’Onu.

La France et d’autres pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) organisent le 22 octobre à Paris une conférence sur la paix et le développement dans le nord du Mali.

 

RECONCILIATION NATIONALE

L’Amscid apporte sa contribution

 

L’Association malienne de solidarité et de coopération internationale pour le développement (Amscid) apporte sa contribution au processus de sortie de crise en organisant un colloque sur la coopération décentralisée.

 

“La coopération décentralisée en temps de crise et poste crise : quelle réponse ?” est le thème du colloque international de Bamako de l’Amscid qui se tient du 14 au 15 octobre. L’ouverture des travaux, hier, était présidée par le secrétaire général du ministère de la Décentralisation et des Réformes de l’Etat, Adama Cissouma, en présence du président de l’Amscid, Bassirou Diarra, et plusieurs de ses partenaires étrangers.

L’objectif de ce colloque est de booster la coopération décentralisée après la crise multidimensionnelle que le Mali a connue. Par cette activité, l’Amscid contribue à la réconciliation nationale et au processus de sortie de crise en favorisant une coopération décentralisée entre les collectivités du Mali et d’autres à travers le monde, précisément en France et l’Espagne.

Selon les organisateurs, compte tenu de place occupée par celle-ci dans le développement économique et social des collectivités et vu le recul de cette coopération depuis le début de la crise que notre pays a connue, ce colloque a toute sa raison d’être en ce moment dans notre pays.

Par cette rencontre, a précisé le président, l’Amscid contribuera à la relance de l’économie des collectivités : en mettant en place les voies et moyens pour inciter les partenaires à investir davantage dans la coopération décentralisée, mais aussi les collectivités à encourager ces investissements.

Ce colloque, selon le représentant du ministre de la Décentralisation, M. Cissouma, offre une opportunité salutaire dans la situation actuelle de notre pays et une occasion de partager et d’acquérir de l’expérience sur le sujet. Il a assuré les organisateurs de l’engagement du gouvernement à impulser la coopération décentralisée.

Les partenaires de l’Amscid, tour à tour, ont salué cette initiative, qui va permettre de relancer une nouvelle ère de coopération décentralisée entre les 2 parties. Au cours de ce colloque des thèmes comme “l’impact de la coopération internationale” ; “quelle gouvernance pour quelle décentralisation (la question de transfert de compétence et de ressource)” et “le rôle et la place de la femme dans la gestion de la coopération internationale” seront abordés.

A noter que l’Amscid intervient dans 5 des 8 régions du Mali et du district de Bamako dans les domaines de la santé, de l’éducation, du développement agricole, de l’accès à l’eau potable…

Youssouf Coulibaly

 

source : L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.