Accord d’Alger : paraphe de la Cma ce mercredi et signature finale avant la fin du mois

Après beaucoup de cacophonies et d’incertitudes autour de la signature du projet d’accord d’Alger, la Coordination des mouvements de l’Azawad paraphera ce mercredi 15 avril à Alger, comme l’avait annoncé la Médiation internationale.

modibo keita premier ministre chèf gouvernement negociation pourparlers paix dialogue rebelle touareg mnla bandit armee hcua maa azawad réunion conference algerie

De sources bien informées, le paraphe de la Cma se fera ce mercredi à Alger et la signature finale du document est prévue probablement avant la fin du mois dans une ville du Nord du Mali. Et cela, malgré les nombreuses tentatives d’empêcher l’engagement de la Coordination en faveur du texte adopté le 1er mars à Alger. L’implosion qu’on vous annonçait dans notre parution de la semaine dernière sera effective ce jour, car une délégation de la Coordination se rendra bel et bien à Alger pour le paraphe du document.

Selon nos sources, depuis le jour du paraphe du document par les autres parties, une tendance de la Cma voulait signer le texte, mais elle avait été empêchée par d’autres membres de la coordination farouchement opposés à l’accord. Et depuis cette date, ceux-ci continuent de faire barrage à toute résolution, à travers des campagnes de désinformation et d’intox. Qui parapheront l’accord ? Que vaudra cet accord ? Qu’adviendront de ces opposants à la paix ? Quel traitement leur sera réservé ? Voilà entre autres questions qui se posent aujourd’hui.

Selon toutes vraisemblances, le Hcua, la Cmfpr 2, et probablement le Maa dissident seraient prêts à s’engager en faveur du projet d’accord. Le Mnla qui a démenti tout projet de paraphe ces derniers jours, semble isolé. Mais, vu le grand soutien dont bénéficie le mouvement auprès des puissances européennes, l’on se demande que vaudra cet accord et comment sa mise en application sera fait.

Pourtant, bien avant l’enclenchement des pourparlers inter-maliens de paix, il a été dit que tous ceux qui constitueront des obstacles au processus, seront considérés comme les ennemis de la paix et de la réconciliation au Mali. Et qu’ils seront traités comme tels. Les nombreux communiqués de la Minusma et du Conseil de sécurité de l’Onu faisaient les mêmes mises en garde.

Après la signature de cet accord, nous verrons si ces déclarations seront traduites en actes. En tout cas, pour permettre une mise en œuvre efficace, ces ennemis de la paix qui n’ont aucun intérêt au retour de la paix, devront être éradiqués au même titre que les groupes narco-jihadistes.

SORO

Source: Le Katois

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.