1er anniversaire de la prise du pouvoir par le Colonel Assimi Goita : Le Mali restaure son honneur, sa dignité et sa fierté sur la scène internationale

Le Mali va célébrer, ce mardi 24 mai, l’an un de la mise à l’écart de la première équipe de la transition dirigée par le président Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane. Elle consacre la libération du Mali vis-à-vis de la domination impérialiste. Grâce à ses actions courageuses et à ses décisions libératrices, le colonel Assimi Goïta, président de la transition, rétablit petit à petit le respect du Mali, bafoué par des gens sans foi ni loi agissant au nom d’une démocratie prédatrice, sur la scène internationale. Les Maliens sont-ils prêts à accompagnerce combat jusqu’à la victoire finale contre les ennemis intérieurs et extérieurs de notre pays ?

Il a fallu cette phrase du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, à la tribune de l’ONU, en septembre 2021, pour que le monde entier sache que la gouvernance a changé dans notre pays: «Le Mali a été abandonné en plein vol». Elle a mis le feu à la case du néo- colonialisme français qui gérait le Mali à travers ses valets vêtus d’un manteau démocratique maculé du sang du peuple malien. Cette volonté des autorités de la transition à s’affranchir de la domination d’une France, en perte de son influence dans le monde, a été le point de départ de la prise d’une série d’actions courageuses et de décisions libératrices pour briser la carcan colonial, renforcé par l’arrivée des pseudo-démocrates au pouvoir, le 8 juin 1992. Elle a été largement appréciée par la grande majorité de la population malienne qui n’attendait que ce moment solennel pour féliciter le courage exceptionnel des femmes et des hommes qui ont désormais décidé de restaurer l’honneur, la dignité et la fierté du Mali sur la scène internationale.

Pourtant, ils n’étaient pas nombreux nos compatriotes qui vendaient cher la peau du colonel Assimi Goïta quand il avait déposé, le 24 mai 2021, le président de la transition, Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane. Ils pensaient qu’il était animé par la recherche du gain facile à l’image de beaucoup de putschistes dont le mauvais souvenir hante encore les esprits des Maliens.

En s’attaquant aux chaînes du néo-colonialisme entretenues par leurs valets dans notre pays et en les brisant les unes après les autres pour quitter ce système de domination, le président de la transition, a fini par convaincre nombreux de Maliens à s’engager dans cette lutte de libération de notre pays. Il est en train de donner de l’espoir au peuple malien qui ne savait plus à quel saint se vouer pour restaurer son honneur, sa dignité et sa fierté. Et il n’est plus un secret pour personne que son engagement est en train de faire tache d’huile en Afrique. Un peuple dont les démocrates avaient fait croire que son bonheur se trouve ailleurs et qu’il est condamné à ne pas se développer sans l’aide de leurs maîtres blancs. À plus forte de réfléchir pour trouver des solutions à ses propres problèmes.

Aujourd’hui, ce cordon ombilical dont les démocrates s’accrochaient pour sucer le sang du peuple malien est coupé pour de bon. Cette décision courageuse prise par notre pays en tant que État souverain de traiter avec les autres pays sans intermédiaire a fallu à nos autorités la colère mondiale, à sa tête la France. Cette indépendance vis-à-vis de l’ancienne métropole qui parlait et qui décidait au nom de notre pays se sent blessée dans son orgueil mal placé par cette décision courageuse des autorités de la transition.

La perte de ce privilège donne des insomnies au président français Emmanuel Macron qui se bat sur tous les plans pour isoler le Mali afin que les autorités de la transition tombent pour laisser la place à un de ses gouverneurs, prêt à massacrer son propre peuple pour préserver les intérêts de son pays.

Le respect s’impose, dit-on. Le Mali se fera désormais respecter. Le Mali, à sa tête, le colonel Goïta, en a décidé ainsi. N’en déplaise à ses détracteurs intérieurs et extérieurs. Le coup de pied dans la fourmilière dominatrice a été déjà donné. Et il n’est plus question d’un retour à la case départ pour servir des intérêts égoïstes, personnels et haïssables d’une poigné d’individus qui se font le chantre d’une démocratie mortifère. Les actions et décisions patriotiques, jusque-là, prises, honorent le Mali et restaure son honneur, sa dignité et sa fierté sur la scène internationale. Elles vont de l’expulsion de l’ambassadeur de France, de l’ambassadeur de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au Mali, l’interdiction de RFI et de France 24 d’émettre sur le sol malien, l’annulation des accords de défense, le retrait du Mali du G5-Sahel.

Cette prise en main de notre destinée ne va pas sans sacrifices. L’ennemi est là et à nos portes. Il a plusieurs tours dans son sac. Il a déjà mis toutes les options sur la table pour nous faire payer ce qu’il appelle affront, mais victoire pour le peuple malien. Il est désormais du devoir des Maliens à s’unir, à parler le même langage et être débout sur les remparts pour que le nom du Mali résonne encore comme un gong dans les oreilles des ennemis de notre pays.

Yoro SOW

 

Source: Inter De Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.