Maimounatou Camara, juriste: « L’homme n’est pas une banque pour la femme »

Maimounatou Camara, est inscrite en master 2 droit public fondamental à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia. Depuis son jeune âge, elle a rêvé être une grande dame. Pour réaliser cet objectif, la jeune dame compte faire très prochainement ses études de doctorat afin de devenir procureure de la République de Guinée.

 

Assistante au cabinet d’avocats AID de Me Dramé, mademoiselle Maimounatou Camara, a des principes qu’elle défend tous les jours. Assise sur sa terrasse, avec un ton d’une femme battante, la vingtaine décline son projet pour l’avenir. « Je veux être madame le procureur de la République de Guinée. C’est pourquoi je ne vais pas limiter au master seulement. J’irai jusqu’avoir mon doctorat», projette cette orpheline de père.

A la question de savoir comment elle a pu avoir le financement de ses études de master après sa licence fondamentale, la demoiselle, toute souriante, explique : «Après ma licence, étant major de ma promotion, l’Université m’a accordé le master 1. Pour le master 2, c’est ma maman qui finance. »

En plus de son statut d’étudiant, la fille de l’ancien chef de quartier de Yattayah, est présidente de l’association Action pour la Femme. Une organisation féminine qui a pour but principal, de faire respecter et défendre les droits des femmes. Selon mademoiselle Camara, les pécules qu’elle recevait quand quelle était étudiante, l’ont beaucoup aidée à réaliser des choses. « La première que j’ai reçue, j’ai commencé par des bonbons dans le quartier, après j’envoyais des robes à vendre à l’Université. Au fur et à mesure j’épargnais aussi. C’est ainsi que j’ai continué jusqu’à ce que j’ai ouvert une boutique où on vend des produits cosmétiques, des robes, sacs, etc.»

Quand on lui demande ce qu’elle déteste le plus au monde, elle répond sans hésiter : « La paresse ! Parce qu’on ne peut pas s’asseoir et dire que tout va venir nous trouver là. »

Pour cette battante, il ne faut être trop égoïste en restant à la maison sans servir son pays. L’homme ne peut pas être seulement avec une femme qui n’a aucune activité. « Les femmes doivent faire beaucoup attention. Tout ce qui brille n’est pas de l’or et l’homme n’est une banque pour la femme», conclu-t-elle

Mamadou Saïdou DIALLO

Sourcela guineenne

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.