Focus : Le jeu et les joueurs…

« Ce qui nous préoccupe et commence à nous agacer franchement, c’est le double jeu du Haut conseil pour l’unicité de l’Azawad (Hcua). C’est un des groupes signataires des accords d’Alger ; mais en même temps, il n’hésite pas à afficher une forme de proximité avec Iyad Ag Ghaly et Ansar Dine. Que ce soit une proximité de fond ou d’hommes ». A Paris, l’entourage du ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, se rend-il enfin compte que le Hcua n’est, en réalité, qu’une officine d’Ansar Dine ? Est-ce maintenant que l’on commence à comprendre que les frères Intallah et autres Ag Bibi ne sont que des marionnettes au service exclusif de Iyad Ag Ghaly ?

iyad ag ghali terroriste djihadiste islamiste ancar dine mujao rebelle touareg mnla

A ces questions, les propos (rapportés plus haut) de l’entourage du ministre Le Drian nous incitent à répondre par l’affirmative.

Cependant, il faut dire que Paris a mis bien du temps à ouvrir les yeux et surtout à comprendre ce qui n’a jamais été un secret : la collusion entre le Hcua et son mentor Iyad Ag Ghaly.

De Kidal à Tombouctou, en passant par Gao et Ménaka, le « double jeu » (dénoncé aujourd’hui à Paris) est loin d’être un mystère.

Il est alors surprenant que l’on ait attendu cinq longues années pour évoquer cette « proximité » (complicité serait mieux adaptée) entre le chef d’Ansar Dine et ses protégés. L’on est tenté de se poser la question : Pourquoi est-ce maintenant que les langues se délient du côté du ministère français de la défense?

Faut-il préciser qu’au moment de la rébellion et surtout de l’occupation des régions du nord, tous les responsables du Hcua étaient dans le maquis et au service de Iyad Ag Ghaly. Après l’intervention française au Mali, ces responsables ont vite opéré un changement de stratégie dont ils ont le secret. Ils créent une doublure à Ansar Dine avec le Hcua. Les Français l’ignorent-ils ?

En réalité, dans le septentrion malien, il n’existe pas seulement un « double jeu » du Hcua, mais il existe bel et bien des jeux. Et chaque joueur agit selon ses propres intérêts.

En outre, dans les événements qui se déroulent à Kidal et partout au nord, les Maliens apparaissent comme les dindons d’une monstrueuse farce qui n’a pas encore fini de nous révéler tous ses secrets.

C H Sylla

Source: L’ Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *