Tentative de coup d’Etat en cours en Guinée Bissau

Des tirs nourris étaient entendus mardi après-midi dans le secteur du palais du gouvernement à Bissau, capitale de la Guinée-Bissau.

Le président Umaro Sissoco Embalo et le Premier ministre Nuno Gomes Nabiam sont présumés se trouver dans le bâtiment pour un conseil des ministres extraordinaire. Il est encerclé par des hommes lourdement armés, selon des correspondants de l’AFP.

Le président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo au Palais de l’Elysée à Paris, le 11/11/2021LUDOVIC MARIN/AFP or licensors

Toujours selon des journalistes sur place, des militaires autour du palais du gouvernement, à la périphérie de la ville non loin de l’aéroport, tiennent les gens à distance. Les alentours sont en proie à des mouvements d’habitants fuyant les lieux. Les marchés se sont vidés et les banques ont fermé leurs portes. De nombreux véhicules militaires chargés de soldats sillonnent les rues.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a condamné ce qu’elle qualifie de “tentative de coup d’Etat“. La Cédéao a demandé aux militaires de “retourner dans leurs casernes”.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a réclamé dans un communiqué “l’arrêt immédiat” des combats à Bissau et “le plein respect des institutions démocratiques du pays”.

Multiples tentatives de putsch

La Guinée-Bissau, petit pays d’environ deux millions d’habitants frontalier du Sénégal et de la Guinée, est abonnée aux coups de force politique. Depuis son indépendance du Portugal en 1974 après une longue guerre de libération, elle a connu quatre putschs (le dernier en 2012), une kyrielle de tentatives de coup d’Etat et une valse des gouvernements.

Depuis 2014, elle s’est engagée vers un retour à l’ordre constitutionnel, ce qui ne l’a pas préservée de turbulences à répétition, mais sans violence.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.