Tensions à Ndélé, dans le nord de la Centrafrique

Selon plusieurs sources, une vingtaine de personnes auraient péri dans des affrontements à Ndélé, dans le nord de la Centrafrique, ce mercredi 20 juin, entre le FPRC et d’autres éléments armés présentés comme des bandits. C’est une histoire de vol de bétail qui a semble-t-il tout déclenché.

A Ndélé et alentour, en l’absence d’administration et d’Etat, c’est le FPRC (Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique, issu de l’ex-Seleka) qui règne en maître et qui fait la police.

C’est d’ailleurs l’arrestation par des éléments du FPRC de deux voleurs de bétail qui a mis le feu aux poudres. Peu après cette arrestation, profitant que le dispositif FPRC soit allégé par des patrouilles à l’extérieur de la ville, le groupe auquel appartiennent les voleurs organise une violente descente pour faire libérer leurs compagnons. Les hommes du FPRC reviennent et retournent chercher à leur tour les voleurs, l’affrontement éclate.

Plusieurs sources évoquent un bilan total d’une vingtaine de tués, dont des civils victimes de balles perdues. Qui sont ces « bandits » bien armés ? Certains parlent d’éléments FPRC incontrôlés ou en rupture de ban et versés dans le banditisme. D’autres évoquent des éléments du MPC, une autre faction de l’ex-Seleka, ou des bandits tchadiens ou soudanais, tous qualifiés d’« Arabes » en raison de leur teint de peau plus clair.

« Vous savez, dans cette zone chaque personne qui se promène avec une arme se réclame de l’ex-Seleka, commente le maire de Ndélé, le sultan Ibrahim Senoussi Kamoun. Mais il ne s’agit en rien ici d’affrontements entre ethnies ou communautés, mais bien contre des bandits », ajoute le sultan qui appelle au calme. Un calme qui semblait revenu ce jeudi.

 

RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *