Tchad: le président de la transition Mahamat Idriss Déby sort de son silence

Le président du Conseil militaire de transition, le général tchadien Mahamat Idriss Déby s’est exprimé pour la première fois depuis sa prise de fonction en avril dernier. Dans une interview donnée à Jeune Afrique, le fils de feu Idriss Déby est revenu sur la mort de son père ou encore la transition. Une prise de parole qui n’a pas laissé sans réaction l’opposition.

C’est en officier que Mahamat Idriss Déby a vécu la mort de son père. « J’étais encore en plein combat à quelques kilomètres au Sud », raconte-il lorsque le Maréchal -c’est ainsi qu’il appelle son père dans toute l’interview-, a reçu la blessure qui allait lui être fatale. « Ce n’est que vers midi, après avoir écrasé les mercenaires, que j’ai appris son évacuation par hélicoptère sur Ndjamena. C’est au cours de mon retour que j’ai été informé de son décès. »

« Un choc violent, reconnait-il. Pour moi, pour notre famille, pour les Tchadiens, pour l’Afrique. Mais le chaos que prévoyaient les soi-disant tchagologues ne s’est pas produit », souligne-t-il. La transition est devenue militaire parce que le président de l’Assemblée nationale, à qui revenait le pouvoir, a refusé de prendre cette charge insiste Mahamat Idriss Déby, qui refuse toute comparaison avec le putsch militaire au Mali.

Des élections sont prévues dans 18 mois, un délai qui sera respecté à deux conditions, souligne-t-il : que les Tchadiens s’entendent et que le pays reçoive l’aide indispensable selon lui à l’organisation du scrutin, que le Trésor tchadien ne peut supporter seul.

« Les Africains sont tout à fait capables de se défendre »
Toujours dans cette interview, Mahamat Idriss Déby prend acte de la fin annoncée de l’opération Barkhane par le président français. « Je crois que les Africains sont tout à fait capables de se défendre eux-mêmes contre le fléau jihadiste, commente-t-il. Les engagements du Tchad seront maintenus au sein de la Minusma et du G5 Sahel. »

Avec la libération d’opposants, et une transition qu’il souhaite inclusive, l’heure est à l’apaisement, reconnait-il, après les affrontements meurtriers du 27 avril sur lesquels une enquête est en cours. Mais il n’est pas question de reconnaître ceux qu’il qualifie de mercenaires tchadiens en Libye, le FACT, qu’il ne nomme jamais.

Enfin, Mahamat Idriss Déby nie toute dissension au sein de sa fratrie comme du CMT dont l’objectif est, insiste-il, de rendre le pouvoir au civil et de se retirer dans les casernes. Mais il laisse aussi une place à la providence : « Dieu décide du destin et du pouvoir ».

Le peuple n’acceptera plus jamais ni la conquête armée du pouvoir, ni la confiscation armée du pouvoir. Sinon, le pays va se saucissonner, et ça c’est un danger réel aujourd’hui. Nous devons arrêter avec cela en définissant les conditions d’un nouveau départ pour notre pays, où tout le monde est au pied d’égalité. Et ça, c’est un conseil que je voudrais donner à mon jeune frère, le général Mahamat Kaka. Je voudrais lui dire de la façon la plus solennelle comme je l’ai dit à son père : s’il veut emprunter ce chemin de la confiscation armée du pouvoir, il finira par la même porte que son père. Nous devons regarder le Tchad sur de nouvelles bases, avec des principes qui sont des principes inclusifs et d’égalité pour tous les Tchadiens. S’il veut jouer avec les règles, jouer avec l’armée de notre pays pour essayer de s’imposer, il nous aura nous autres devant lui, et avec tous les moyens légitimes, nous allons arriver à bout de ce système ancien qui veut perdurer.

Source: RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.