Réforme du code minier en RDC : Kabila ne met-il pas en place des mécanismes pour s’accrocher au pouvoir ?

Vendredi 9 mars 2018, le président contesté de la République Démocratique du Congo (RDC) promulgue un nouveau code minier afin de relancer l’économie du pays. Cela se passe à un moment de trouble. La population demande le départ de Kabila dont le pouvoir est devenu tyrannique. Cette réforme va-t-elle amener le peuple à changer de vision ?

Joseph Kabila décida de promulguer un nouveau code minier permettant de renflouer les ressources fiscales du pays en multipliant par 5 la taxe sur le cobalt. Pour cette réforme, il promet une concertation large afin de permettre à toutes les couches de la société de se prononcer sur elle. Cela permettra sûrement de calmer les tensions et les inquiétudes des entreprises.

La RDC, en 2017, a fourni les deux tiers de la redevance mondiale en 2017. Avec ce nouveau code, celle-ci passera de 2% à 10%. Ce qui développera plusieurs opportunités si nous savons que ce minerai est quasiment indispensable pour les batteries des voitures.  C’est « une substance stratégique » comme nous laisse entendre un décret du Premier ministre. Selon un communiqué de la présidence, ce nouveau code minier  devra « rapporter à l’État des recettes substantielles pour son développement économique et social »

Par ailleurs, voyant toutes les manifestations qui se font dans la RDC autour du pouvoir de Joseph Kabila qui a épuisé son mandat depuis 2016, nous pourrons nous demander si M. Kabila ne cherche pas à se faire plus de légitimités. La société, l’église et l’opposition ont toutes montré à travers des marches leur volonté la plus ferme : alternance du pouvoir. Mais, malheureusement, toutes les marches pour demander le départ de Kabila ont été ensanglantées. Kabila a transformé la démocratie en Tyrannie.

De  nos jours, il reste conscient qu’il n’est plus aimé par la population. À cet effet, il trouve nécessaire de faire preuve d’intelligence économique. Pour ce faire, il se tourne vers la réalisation du projet de réforme du code minier. Cela se voit à travers la réaction de ses partisans qui trouvent en cela une victoire politique et patriotique.

En effet, ce nouveau code empêchera la totale extraversion des richesses du pays, mais ce qui compte aux yeux des citoyens congolais aujourd’hui, c’est le respect des lois de la République, c’est le respect de l’Accord de la Sainte Sylvestre. Kabila doit accepter l’alternance en laissant le choix du peuple venir au pouvoir. Sans cela, quoi qu’il fasse, les Congolais garderont la même haine à son égard. D’ailleurs, la réaction du mouvement citoyen Lucha laisse transparaitre cette impression : « Un nouveau Code minier (…) ne mettra pas fin à la prédation de nos ressources minières. Les multinationales et le régime Kabila se disputent chacun leurs intérêts, pas ceux du peuple congolais. Deux camps prédateurs se disputant le butin du Congo ! »

Cette réforme serait plutôt une manière pour l’homme fort congolais non seulement de se perpétuer au pouvoir, mais également de se faire plus de richesses avant de quitter et laisser le pays à plat ventre. Les hommes politiques sont imprévisibles dans leurs actions. Ils ne font rien sans arrières pensées. M. Kabila vise sûrement d’autres intérêts derrière cette réforme qui ne traduisent pas un amour pour l’État ou les citoyens.

Fousseni Togola

Source: Le Pays-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.