RDC : 15 morts dans une attaque rebelle contre un camp de déplacés

Au moins quinze (15) civils ont été tués par des miliciens du groupe armé Codeco (Coopérative pour le développement du Congo) dans la nuit du lundi à mardi lors d’une attaque visant un camp de déplacés dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

« Les miliciens Codeco sont venus attaquer ce site des déplacés de Lodha vers 21h. Il y a eu 15 morts dont 14 enfants et 1 militaire. 7 personnes ont été également blessées », a déclaré Jules Tsuba, président de la société civile du territoire de Djugu. La plupart des victimes ont été décapitées par machette, selon le même responsable, indiquant qu’il y avait un plan « d’extermination de déplacés », mais « grâce à l’intervention de l’armée et des Casques bleus de la Monusco (mission de l’ONU en RDC) que le massacre a été limité ». Par ailleurs, Un militaire a été également tué lors de l’intervention de l’armée. Cependant, Ce site de déplacés situé près de Fataki, un centre commercial, est le troisième site des déplacés attaqué par les Codeco après le site de Drodro et Plaine Savo à Bule en début d’année. À noter aussi qu’au moins 35 personnes ont été tuées dimanche dernier par des rebelles du groupe armé «Coopérative pour le développement du Congo» (Codeco) qui ont attaqué une mine d’or artisanale en Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris des autorités locales. Selon Jean-Pierre Bikilisende, bourgmestre de la commune rurale de Mungwalu dans le territoire de Djugu (Ituri, nord-est), « Il y a 29 corps ramenés à la cité de Pluto. Six corps calcinés ont été enterrés sur place et un bébé de 4 mois figure parmi les morts ». Cependant, «Ce bilan est provisoire, puisqu’il y a d’autres civils tués dont les corps ont été jetés dans des trous d’orpaillage et plusieurs autres civils sont portés disparus. La fouille se poursuit », a indiqué Jean-Pierre Bikilisende. L’armée congolaise a déclaré dans un communiqué que les victimes sont des civils qui se sont retrouvés entre deux feux des groupes armés qui se disputent le contrôle du carré minier riche en or.

Mariam Guindo

Source: LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.