Présidentielle au Kenya : « Ce soir, je dors avec ma machette »

Au milieu des cendres et des débris encore fumants, on dégage un vélo, des tabourets, un petit four à bois.

couteau machette arme coupe

Quelques objets, rares rescapés de l’incendie du marché de Congo, dans le bidonville de Kawangware à Nairobi, détruit par les flammes lors de graves affrontements entre partisans du pouvoir et de l’opposition, vendredi et samedi.

L’incident ravive les sombres souvenirs des violences post-électorales de 2007-2008, qui firent près de 1 200 victimes et 600 000 déplacés. Il survient dans un pays sous tension, alors que devraient être annoncés, lundi 30 octobre après-midi, les résultats du nouveau scrutin présidentiel, organisé dans la plus grande confusion le 26 octobre.

Difficile de déterminer les causes exactes des combats de rue, où se sont affrontés jusque tard dans la nuit de vendredi des groupes de plusieurs dizaines d’hommes, armés de pierres, de machettes et de couteaux de cuisine. D’un côté, des membres de l’ethnie kikuyu, favorable au président sortant, Uhuru Kenyatta. De l’autre des Luo, Luhya et Kisii, majoritaires dans le bidonville et partisans du chef de l’opposition, Raila Odinga.

Le tout s’est déroulé sous les yeux d’une police visiblement impuissante ou passive. Outre la destruction du marché de Congo – propriété de commerçants kikuyu –, les affrontements auraient fait plusieurs victimes. La police kényane a reconnu avoir tué un homme. Des témoins, interrogés sur place, auraient vu au moins deux personnes lynchées par la foule. La presse kényane évoque quant à elle jusqu’à quinze cadavres.

 

Source: lemonde

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *