Mouvements de troupes au Soudan du Sud

Des unités de l’armée sud-soudanaise (SPLA) ont fait marche jeudi en direction de la ville de Bor, contrôlée par les partisans de l’ex-vice-président Riek Machar, alors même que des représentants des deux camps devaient rencontrer un médiateur à Addis-Abeba pour négocier un arrêt des combats.

general james hoth armee conference juba soudan sud

Les deux camps se sont entendus sur le principe d’un cessez-le-feu mais nul n’a indiqué quand s’interrompraient les combats, qui ont fait plus de mille morts et près de 200.000 déplacés en près de trois semaines.

Le président sud-soudanais, Salva Kiir, a proclamé mercredi soir l’état d’urgence dans l’Etat de l’Unité et celui de Jonglei, dont la capitale, Bor, est tombée mardi aux mains d’une milice fidèle à Riek Machar.

“Les rebelles se dirigent vers le sud, à partir de Bor, et le SPLA progresse en direction de Bor”, a déclaré à Reuters le porte-parole de l’armée sud-soudanaise, Philip Aguer.

Bor se trouve à 190 km au nord de la capitale Juba. Le contrôle de Bor procure aux partisans de Machar une base relativement proche de la capitale et renforce ainsi leur position aux négociations d’Addis-Abeba, déclarent des analystes.

Aguer n’a pas dit combien de soldats marchaient sur Bor, mais il a évalué entre 4.000 et 7.000 le nombre de partisans de Machar présents dans cette ville.

RENCONTRE AVEC UN MÉDIATEUR À ADDIS-ABEBA

Les troupes du SPLA se regroupent par ailleurs pour tenter de reprendre Bentiu, capitale de l’Etat de l’Unité dans le nord du pays, a ajouté Aguer.

Les négociations de paix à Addis-Abeba visent à établir les modalités d’une trêve, déclarent les médiateurs.

“La moitié seulement de la délégation gouvernementale est présente. L’autre moitié doit arriver dans la soirée”, a dit un responsable éthiopien.

Chaque délégation va rencontrer Seyoum Mesfin, l’un des deux médiateurs désignés par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad) en Afrique de l’Est. “Ensuite, on peut espérer qu’auront lieu des négociations directes”, a ajouté le responsable éthiopien.

Les affrontements ont éclaté le 15 décembre à Juba, la capitale du Soudan du Sud, avant de s’étendre rapidement à cinq des 10 Etats du pays.

Salva Kiir accuse Riek Machar, qu’il avait limogé en juillet dernier de la vice-présidence, d’avoir déclenché les combats pour tenter de s’emparer du pouvoir. Le conflit oppose les deux principales ethnies du pays, les Dinkas de Salva Kiir et les Nuers de Riek Machar.

Ce dernier rejette les accusations du président mais a dit avoir gagné la brousse et diriger les soldats mutinés contre le pouvoir en place.

source : reuters

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *