Mogadiscio: combats terminés, les soldats ougandais de l’UA contrôlent la situation

Les combats sont terminés au quartier général de la Force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), attaqué jeudi à Mogadiscio et la situation est sous contrôle du contingent ougandais en charge de la base, a assuré l’armée ougandaise.

soldat armee ivoirien manifestant abidjan

Les tirs ont cessé et la situation est calme, a confirmé à l’AFP un porte-parole de l’Amisom, le colonel Ali Houmed, sans toutefois déclarer la fin de l’attaque. Nous sommes en phase d’investigations (…) nous voulons nous assurer que tout est terminé, a-t-il expliqué.

L’ensemble du personnel de l’Amisom et de l’ONU est sain et sauf, a également affirmé la Force africaine sur son compte Twitter.

Un photographe de l’AFP a indiqué ne plus entendre de tirs à proximité ou à l’intérieur de la base de l’Amisom, attaquée jeudi après-midi, une opération revendiquée par les islamistes somaliens shebab.

Nous avons le contrôle total de la situation et il n’y a plus de combats, a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’armée ougandaise, Paddy Ankunda, joint à Kampala.

Les shebab nous ont attaqués aujourd’hui, mais nous avons réussi à repousser les assaillants. Un d’eux a été tués à l’intérieur de la base de l’Amisom, a expliqué Paddy Ankunda qui a précisé sur Twitter que les assaillants s’étaient introduits incognito à l’intérieur, sans autre détail.

Selon lui, un soldat de l’UA a été blessé et au moins un assaillant tué à l’intérieur de la base.

Une source sécuritaire occidentale a indiqué qu’entre 15 et 20 assaillants avaient attaqué la base, sans pouvoir préciser combien avaient effectivement pénétré à l’intérieur.

Le QG de l’Amisom est une enceinte fortifiée située à l’intérieur du périmètre de l’aéroport de Mogadiscio, lui-même placé sous haute sécurité et qui abrite plusieurs ambassades et des bureaux de l’ONU.

L’aérogare civil n’a pas été touché par les combats, ont assuré à l’AFP des policiers y travaillant.

La police et des témoins avaient fait état d’explosions et de tirs à l’intérieur de la base de l’Amisom, située à l’extrémité ouest de la piste de l’aéroport de Mogadiscio, à environ un km de l’aérogare civile, mais la situation exacte est restée confuse toute l’après-midi.

L’Amisom, déployée depuis 2007 en Somalie pour combattre les shebab, compte aujourd’hui plus de 22.000 hommes. Elle a chassé depuis trois ans les islamistes de Mogadiscio puis de l’essentiel des localités qu’ils occupaient dans le centre et le sud de la Somalie.

Mais les shebab continuent de contrôler de vastes portions de territoires et ont abandonné le combat conventionnel pour les actions de guérilla et les attentats, notamment à Mogadiscio.

Ils restent selon les observateurs la principale menace pour la paix en Somalie, plongée dans le chaos depuis plus de deux décennies.

Source: Romandie

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.