Médiateur en Guinée: Jean-Claude Kassi-Brou justifie la désignation de Boni Yayi

Deux raisons principales justifient la désignation de Boni Yayi comme le médiateur de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en Guinée. Jean-Claude Kassi-Brou, président sortant de l’institution sous-régionale apporte les éclaircissements sur lesdites raisons.

A la recherche d’un médiateur en Guinée, la Cedeao a porté son choix sur l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi. Selon Jean-Claude Kassi-Brou, cette nouvelle désignation est intervenue suite à la demande des autorités guinéennes, qui ont récusé Mohamed Ibn Chambas. « Les autorités guinéennes avaient estimé qu’elles souhaitaient un autre médiateur, une autre personne. Elles se sont rapprochées de la Cédéao pour demander un médiateur », a-t-il confié au micro de Rfi.

La Cedeao a fortement misé sur l’expérience de Boni Yayi pour lui confier cette mission, qui s’annonce difficile vue la position presque tranchée des militaires au pouvoir. « Le président Yayi Boni est une personne extrêmement expérimentée qui pourra permettre d’avoir la médiation efficace pour faire avancer le processus de transition en Guinée », a déclaré Jean-Claude Kassi-Brou.

Le président sortant de la Commission de la Cedeao espère qu’avec la présence d’un nouveau médiateur. « Nous pensons qu’avec la présence du médiateur, les choses vont évoluer plus favorablement, plus positivement, et qu’on va pouvoir faire des avancées sur un point qui est considéré quand même important pour la Cédéao », a-t-il dit.

La Guinée sous menaces de sanctions économiques

La Cedeao a accordé un sursis d’un mois à la Guinée pour la prise de sanctions économiques. Le pays doit profiter ce délai pour parvenir à un consensus avec le médiateur sur un calendrier de transition acceptable. « Passé ce délai, des sanctions économiques et financières seront appliquées ainsi que des sanctions ciblées », a averti l’organisation sous-régionale.

La CEDEAO a également décidé de maintenir la suspension de la Guinée de tous ses organes de décision. Elle a aussi décidé de rester saisie de la situation au Burkina Faso, en Guinée et au Mali.

 

beninwebtv

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.