Maroc: manifestations pour défendre les libertés individuelles

Au Maroc, le procès de deux jeunes filles, poursuivies pour outrage à la pudeur après s’être présentées en robe dans un marché du sud du pays, s’est ouvert ce lundi. Le verdict a été reporté au 13 juillet prochain. L’affaire a provoqué une vague d’indignation dans le pays et une mobilisation en faveur de la défense des libertés. Des rassemblements se sont tenus d’ailleurs dans les grandes villes au début du procès. A Casablanca, près d’un millier de personnes s’étaient données rendez-vous dans le centre-ville après la rupture du jeûne.

manifestant foule protestation femme fille liberte maroc

« Porter une jupe n’est pas un crime », tel était le message arboré par les pancartes des manifestants. Parmi eux, Houria venue en famille : « On ne va pas rester silencieuses. Nous, on a envie d’être libres – les femmes au Maroc – et on a envie de se mettre en robe, si on a envie ! »

Après l’agression d’un homosexuel, la condamnation de deux hommes pour s’être embrassés à Rabat, pour Najwa le climat actuel d’intolérance est une première : « Ce sont des comportements intégristes étrangers au Maroc. Et on n’a jamais connu de tels interventionnismes dans les libertés des gens et dans les libertés individuelles. »

Pour Aziz, le gouvernement est le principal responsable de ces phénomènes : « Le parti islamiste qui en place est contre les libertés individuelles. Il faut que l’Etat se montre capable d’assurer la liberté de tout le monde. »

Artistes et partis politiques étaient mobilisés. C’est le cas notamment du parti socialiste USFP, dont Hanan Rehab est membre du bureau politique : « Le Maroc est un Maroc de diversité, de tolérance et de liberté. Nous sommes tous égaux ici au Maroc. Et au Maroc, il n’y a pas de  place ni pour le terrorisme, ni pour la haine, ni pour l’inégalité. »

Dignité et tolérance sont les maîtres-mots des rassemblements pour la défense des libertés individuelles au Maroc face à une opinion conservatrice, particulièrement échaudée par les récentes affaires de mœurs.

 

Source: RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.