L’ONU veut tourner une page dans les négociations sur le Sahara occidental

La démission de Christopher Ross, émissaire spécial des Nations unies pendant huit ans pour le Sahara occidental, donne l’occasion au tout nouveau secrétaire général de l’ONU, d’ouvrir une nouvelle page de relations avec les partis impliqués dans ce conflit. Christopher Ross était devenu persona non grata pour le Maroc et Antonio Guterres doit d’abord rétablir la confiance.

carte frontiere algerie mauritanie mali Sahara occidental maroc

Rétablir la confiance entre l’ONU et les partis concernés par le conflit du Sahara occidental semble être le seul moyen de remettre le Polisario et Rabat à la table des négociations. Antonio Guterres en est conscient et il possède une approche différente de son prédécesseur dans ce conflit qui dure depuis 1975.

Il connaît de près ce dossier épineux. Il l’a approché quand il était Premier ministre du Portugal dans les années 1990 et il a visité les camps de réfugiés à Lâayoune et Tindouf en étant haut-commissaire aux réfugiés.

Pour rétablir cette confiance, Antonio Guterres nommera donc un nouvel émissaire, qui sera probablement un non-Américain. Peut-être un Européen. Mais des noms d’Amérique latine et même de la Tunisie circulent également.

L’arrivée de Guterres a éveillé une lueur d’espoir pour une solution de ce conflit.

Rabat avait critiqué Christopher Ross pour son « manque de neutralité », tout comme Ban Ki-moon. En parlant de la crise du Sahara occidental, l’ex-secrétaire général de l’ONU avait employé le terme « occupation ». Ban Ki-moon s’est attiré alors les foudres de Rabat. Les relations entre les deux partis sont tendues depuis.

La question du Sahara occidental sera à nouveau devant le Conseil de sécurité des Nations unies en fin du mois d’avril prochain.

Source: RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *