Les imams de France propose la tenue à Brazzaville d’un forum mondial pour la paix

Le président des imams de France Assen Chalghoulmi a plaidé lundi pour l’organisation à Brazzaville d’un forum mondial consacré à la recherche de la paix, afin de contribuer au changement de l’image négative de l’islam, écornée par certains groupes armés à travers l’Afrique et le monde.

imam hAssen Chalghoumi president imams islam musulman francais

“Nous avons pensé que Brazzaville peut abriter un congrès mondial où tous les hommes qui oeuvrent pour la paix, tous les chefs d’Etats qui le souhaitent, de mettre en valeur cette ville et ce beau pays de paix et en même temps tous les pays africains”, a déclaré Chalghoulmi lors d’une rencontre à Brazzaville avec des responsables religieux congolais, dont le président du conseil islamique du Congo El hadj Djibril Abdoulaye Bopaka et l’ archevêque de Brazzaville, Monseigneur Anatole Milandou.

Pour M. Chalghoulmi, l’Afrique qui connaît actuellement de nombreux conflits armés, mérite une bonne image.

“L’Afrique peut avoir une image mieux que cela, elle mérite mieux que tous les actes barbares de la secte islamiste Boko Haram, mieux que ce que fait l’AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique, nldr) au Mali et aussi mieux que ce que font les Shebabs somaliens au Kenya”, a-t-il relevé.

“Quand j’ai vu le mieux vivre ensemble qui existe entre musulmans et chrétiens au Congo, vous vous imaginez ce beau message, cette belle image de trouver monseigneur entouré par de dizaine d’imams, le monde a besoin de cela”, a-t-il par ailleurs souligné.

Abordant la question sur la crise centrafricaine, le président des imams de France a rejeté la responsabilité des chrétiens et musulmans dans ce conflit et a appelé à l’union de toutes les religions afin de mettre un terme à cette crise.

“Il faut dire stop, il faut que nous tous nous aidons les Centrafricains à retrouver la sérénité, cela fait des siècles qu’ ils vivaient en harmonie et en paix”, a appelé l’homme de Dieu.

M. Chalghoulmi a été reçu samedi dernier par le président congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine. F

Source: Agence de presse Xinhua

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.