Le vent du changement pour quelle direction ? Toute l’Afrique est agitée. Et pour cause ?

Les populations africaines demandent la rupture des accords avec les pays coloniaux, dont la France est la vedette de l’impérialisme sauvage. Ainsi partout sur le Continent, des voix et même des cris se lèvent pour exiger le départ de la France. Évidemment, avec le rapatriement de ses bases militaires installées partout en Afrique.

Ce combat immédiat est noble. Et la lutte sur l’avenir de l’Afrique est hautement utile et bien nécessaire. Personne ne peut nier cela, même ceux qui sont de mauvaise foi. L’histoire nous oblige à forger nos mentalités pour mieux affronter les différents systèmes criminels et inhumains que les mondes arabe et occidental, ont fait subir à l’Afrique.

Tristement d’ailleurs, cela continue encore dans ce 21èm siècle. L’histoire, disais-je, nous impose la lutte pour  une libération totale et une  indépendance véritablement réelle. Ils ont fait de nous des articles et des bêtes de somme, pour nous vendre. Ils ont fait de nous des esclaves. Ils nous ont colonisés. Et encore aujourd’hui, ils nous étouffent sur tous les plans. Devrais-je ici faire allusion à la culture, à la croyance, à l’éducation, à l’économie, à la science, à l’idéologie, au développement, à la politique. Tous ces secteurs et domaines, sont sous leur contrôle. Ils nous imposent leur vision du monde, qui n’est pas la nôtre. Il faut donc nous en défaire. C’est donc à juste titre que la lutte se fasse sur le Continent.

Mais les lutteurs ont une vision. Justement la vision d’une Afrique libre et indépendante. Mais les Combattants, n’ont pas forcément de vision. Ils agissent et réagissent selon les circonstances. Les Combattants sont bien nombreux en Afrique. Mais le fait que la majorité de ses Combattants ne sont pas forcément formés sur la base de vision, ils agissent avec émotions, des préjugés, des passions. Du coup,  leurs agissements et discours, n’obéissent à aucune logique.

Pour gagner la lutte, il faut former impérativement les Combattants, qui sont, la société civile et les pouvoirs africains, sur la vision d’une Afrique libre. Tout le monde est dans la rue pour réclamer le départ de la France. Mais beaucoup parmi eux, oublient que c’est une question de signature et non des mots ni des marches. Alors, qui est celui  qui pourra signer pour mettre fin aux accords qui nous lient à la France ?

Seuls les dirigeants politiques au pouvoir peuvent y mettre fin. Sans quoi, le reste n’est que du désordre ou de la pure  manipulation.

À bientôt !

Monoko Toaly

Expert International en Communication et Marketing Politique

Source: Le Pélican

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.