A la Une: Hama Amadou bientôt évacué vers Paris

L’information est à la Une des médias nigériens, notamment du site Tamtam Infos. « Le ministre de la Justice, Marou Amadou, vient de confirmer qu’Hama Amadou, candidat de la Copa 2016 pour le second tour de la présidentielle, serait évacué par avion médicalisé. Son état de santé serait jugé préoccupant par les médecins dépêchés par le gouvernement à la prison de Filingué. Déjà hier, le médecin personnel de Hama Amadou, le professeur Yacouba, avait déclaré qu’il était dans le coma. (ce qui lui aurait valu son arrestation pour diffusion de fausses nouvelles) Le lieu précis de l’évacuation n’a pas été indiqué par Marou Amadou mais, de source digne de foi, croit savoir Tamtam Infos, l’opposant nigérien pourrait être admis à l’Hôpital américain de Paris. »

Hama Amadou ancien president Assemblee nationale Niger

L’opposition nigérienne en désordre de bataille ?

En tout cas, « à J-4 du second tour, l’atmosphère s’est considérablement alourdie au Niger,relève Aujourd’hui au Burkina. L’évacuation de Hama qui était en cours hier soir et l’arrestation de son médecin personnel sont symptomatiques de l’ambiance qui règne à 96 heures de l’ultime round entre le président sortant et le célèbre prisonnier de Filingué. Si on y ajoute le boycott de la COPA, alors qu’Hama compte concourir… C’est en désordre de bataille que va cette opposition. »

Aujourd’hui qui fustige l’attitude de l’opposition nigérienne : « la Copa passe à la vitesse supérieure, en prônant désormais le boycott actif du scrutin. C’est à se demander si son objectif n’est pas de faire sortir le régime actuel de sa réserve, estime le quotidien burkinabé. Dans ce cas de figure, on peut s’interroger sur les motivations réelles de cette opposition qui a fini de montrer son incapacité à formuler les valeurs d’une cause commune. (…) Toutes les excuses étant bonnes, poursuit Aujourd’hui, la COPA table aujourd’hui sur la santé de Hama Amadou, abandonné selon elle, à son sort. Difficile de penser que le principal challenger de Mahamadou Issoufou agoniserait, sans une once de pitié du régime actuel, tant il nous semble assez intelligent pour savoir qu’il n’a aucun intérêt à ce qu’un malaise quelconque arrive à cet encombrant prisonnier. Mais bien décidé à taper à tous les râteliers, l’opposition nigérienne s’est installée dans une logique d’extrémisme qui ne présage rien de serein. »

De l’eau dans le thé !

Le Pays, toujours au Burkina, s’interroge sur la suite des événements… « Reste maintenant à savoir comment l’opposition réagira après l’évacuation annoncée de son mentor et la décision de la Cour d’appel de renvoyer au lendemain des élections, l’examen de la nouvelle demande de liberté provisoire de celui qui était, jusque-là, le célèbre prisonnier de Filingué. Va-t-elle y voir une manœuvre du pouvoir, va-t-elle faire contre mauvaise fortune bon cœur ou va-t-elle mettre à exécution son mot d’ordre de boycott actif du scrutin avec tous les risques de basculement que cela comporte ? On attend de voir. Cela dit, estime Le Pays, il faut souhaiter que, dans l’intérêt supérieur du peuple nigérien, tous les acteurs politiques acceptent de mettre de l’eau dans leur vin ou dans leur thé, c’est selon, pour qu’après une campagne civilisée et un premier tour apaisé, le second tour du 20 mars n’augure pas de lendemains incertains pour le pays de Diori Hamani. Pour ce faire, les uns et les autres doivent savoir dépasser leur ego surdimensionné et éviter les calculs politiques à la petite semaine. Surtout dans ce contexte sous-régional caractérisé par des attaques terroristes tous azimuts. »

Réaction au quart de tour

Ce qui nous amène à l’autre grand titre du jour : la visite expresse en Côte d’Ivoire des ministres français des Affaires étrangères et de l’Intérieur, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve. « La réaction au quart de tour du VRP Ayrault et du premier flic Cazeneuve montre que la France, laquelle a plusieurs fois subi l’épreuve du feu djihadiste, ne ménage aucun effort pour soutenir ses ex-colonies frappées par la même nébuleuse salafiste », pointe L’Observateur Paalga.

Une visite qui n’est toutefois pas désintéressée pour Ledjely.com : « vis-à-vis de la Côte d’Ivoire, la France fait montre d’une attention diplomatique supplémentaire, relève le site guinéen, en raison d’une embellie économique dans laquelle elle se trouve impliquée aussi bien en tant qu’actrice qu’en tant que bénéficiaire. »

 

Source: RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *