Idriss Deby prête serment ce lundi

Jour « du grand boubou », au Tchad. Le président Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis près d’un quart de siècle, sera investi pour un nouveau mandat de cinq ans.

idriss deby itno president chef etat tchad union africaine

N’Djaména la capitale du Tchad a fait peau neuve. Des ronds points et grandes voies devant servir de passage aux hôtes sont hissés des drapeaux du Tchad et ceux des pays conviés. Dans les rues de N’Djaména les avis sont partagés au sujet de cette investiture. Cliquez sur l’image pour écouter le reportage de notre correspondant Blaise Daruistone

La cérémonie d’investiture serait estimée à environs 10 milliards de francs CFA. Alors que depuis quelques mois le pays peine à payer les fonctionnaires à terme échu déplore Gounou Vaima Ganfaré, Secrétaire générale de l’Union des Syndicats du Tchad (UST). Pour les syndicats, cette investiture est un non événement pour les travailleurs tchadiens.

De leur côté, les partis d’opposition demandent à la communauté internationale de reconnaître “la nature dictatoriale” du régime d’Idriss Deby. Selon la coalition de l’opposition, dimanche, au moins un manifestant a perdu la vie au cours des affrontements avec les forces de l’ordre. Un autre manifestant touché par balle se trouve dans un état grave, selon les sources hospitalières. La marche de l’opposition avait été interdite par le ministre de l’Intérieur en raison « du risque de trouble à l’ordre public ».

C’est aussi cette raison qui avait été évoquée pour empêcher le meeting du Fonac samedi. Malgré tout, les opposants se sont rassemblés pour écouter leurs leaders avant d’être dispersés par la police.

Mais le Fonac, le Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement dirigé par Saleh Kebzabo arrivé deuxième à la présidentielle d’avril dernier continu de contester la réélection d’Idriss Deby Itno. Des meetings et marches pacifiques ont été organisés par le Fonac le week end dernier. Mais les contestataires ont été violemment dispersés par les forces de défense et de sécurité. Depuis, les domiciles des opposants Saleh Kebzabo, Joseph Djimrangar Dadnadji et Mahamat Ahamat Alhabo sont assiégés par la garde présidentielle.

Parmi la quinzaine de chefs d’Etats annoncés à N’Djamena pour assister à l’investiture, on dénombre les présidents rwandais, Paul Kagamé, soudanais, Omar El-Béchir, ougandais Yoweri Museveni, le Nigérian Muhammadu Buhari ou encore l’égyptien Abdel Fatah Al-Sissi.

 

Source: dw

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *