Hollande à Addis Abeba pour célébrer les 50 ans de l’Union africaine

Hollande à Addis Abeba pour célébrer les 50 ans de l’Union africaine

Le président français doit assister aux cérémonies à Addis Abeba. Il est a priori le seul chef d’État européen attendu dans la capitale éthiopienne.

Le président français François Hollande est arrivé samedi à Addis Abeba pour participer aux festivités du 50e anniversaire des efforts d’unité africaine, une visite au cours de laquelle il doit appeler l’Union africaine (UA) à jouer un rôle croissant dans la paix et la sécurité du continent.

Les dirigeants africains veulent marquer avec éclat la naissance le 25 mai 1963 de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), première institution panafricaine au bilan mitigé, créée par 32 chefs d’État en pleine vague de décolonisation, et ancêtre de l’actuelle Union africaine (UA), doté depuis 2002 d’institutions plus ambitieuses.

« Les pères fondateurs (de l’unité africaine) s’étaient donné rendez-vous pour constituer l’Organisation de l’unité africaine, à l’aube des indépendances il y a cinquante ans, et il est opportun que nous nous retrouvions aujourd’hui au moment où l’Afrique se redresse », a déclaré le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, hôte du sommet.

Nouvelle relation entre la France et l’Afrique

Au lendemain d’une intervention des forces spéciales françaises au Niger contre un groupe islamiste armé et quatre mois après le déclenchement des opérations françaises au Mali, le président français entend encourager l’Afrique à se doter de davantage de moyens militaires mais aussi civils pour faire face à une succession de crises et à une menace terroriste de plus en plus présente.

Au terme d’une visite d’une dizaine d’heures, François Hollande regagnera Paris samedi soir avant que ne s’ouvre dimanche, dans la foulée des célébrations, un sommet de l’UA consacré notamment à la situation au Mali, dans l’est de la République démocratique du Congo ou à Madagascar.

À la mi-octobre, lors de son premier grand rendez-vous présidentiel avec l’Afrique, François Hollande avait solennellement proclamé à la tribune du Parlement sénégalais la fin de la Françafrique et sa foi en l’avenir du continent noir, en son économie et en sa jeunesse.

Personnalités du monde entier

Alors que l’Afrique est de plus en plus courtisée pour ses ressources naturelles et son potentiel économique, les cérémonies d’Addis Abeba ont attiré de nombreuses personnalités du monde entier. La présidente du Brésil Dilma Rousseff, le secrétaire d’État américain John Kerry et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon assistaient à la cérémonie d’ouverture. Le vice-Premier ministre chinois Wang Yang y est également attendu.

En rendant hommage aux fondateurs du projet d’unité africaine, le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn a fixé comme nouvel objectif du panafricanisme « de construire un continent libéré de la pauvreté et des conflits, au sein duquel nos citoyens bénéficieront d’un statut de pays à revenu intermédiaire ».

« L’autosuffisance et l’indépendance économique que nos fondateurs évoquaient demeurent encore quelque peu hors de portée, et les inégalités sociales persistent », a reconnu pour sa part la présidente de la Commission de l’UA, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma. « Si nous parlons de solutions africaines aux problèmes africains, c’est parce que nous savons que nous ne pouvons faire taire les armes pour de bon que si nous agissons de façon solidaire et unie », a-t-elle déclaré à la tribune du nouveau siège de l’UA, construit et financé par la Chine.

La Chine, qui investit massivement en Afrique depuis des années, a été le seul pays remercié nommément samedi à la tribune de l’UA. Le numéro un éthiopien « a exprimé sa plus profonde appréciation envers la Chine pour investir des milliards (…) pour soutenir nos efforts d’infrastructure ».

Environ 10 000 invités sont attendus dans la capitale éthiopienne – siège historique de l’OUA et de l’UA – pour ces célébrations.

 

AFP/25.05.2013 à 14:39

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *