Guinée-Conakry : une délégation ministérielle malienne reçue par Doumbouya

 Le Colonel Assimi Goïta a dépêché à Conakry, lundi, plusieurs membres du gouvernement malien.

 

Dans l’optique de renforcer les liens de fraternité entre la Guinée et le Mali, dans un contexte d’embargo imposé par la Cédéao, une délégation formée de plusieurs ministres maliens a été reçue lundi 17 janvier par le chef de la junte guinéenne, le Colonel Mamadi Doumbouya.

La délégation malienne conduite par Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, a eu « des entretiens cordiaux et fructueux sur les questions d’intérêt commun » avec les autorités guinéennes, a annoncé Conakry dans un communiqué.

Le deux pays qui sont dirigés par des gouvernements de transition, ont convenu « de continuer à partager leurs expériences respectives sur la transition au titre des avantages comparatifs et dans un esprit d’ouverture et de dialogue franc avec la communauté internationale ».

Le Mali et la Guinée « ont renouvelé l’esprit panafricaniste qui les a toujours animés pour l’intégration effective du continent et la défense de ses intérêts ».

Selon la présidence guinéenne, « les questions liées, entre autres, à la sécurité, à la circulation des personnes et des biens ainsi qu’au renforcement du partenariat stratégique durable ont fait l’objet d’échanges » entre la délégation malienne et les autorités guinéennes.

« Les relations entre la Guinée et le Mali sont excellentes. Les deux pays frères sont liés par l’histoire, la culture et la géographie », a dit à la presse le ministre malien Abdoulaye Diop.

Alors que la Cédéao a sanctionné le Mali, le 9 janvier, en l’isolant des pays de la sous-région, la Guinée a annoncé qu’elle ne ferme pas ses frontières avec le Mali.

Conakry avait souligné que ses frontières aériennes, terrestres et maritimes « restent toujours ouvertes à tous les pays frères conformément à sa vision panafricaniste ».

Pour rappel, la Guinée est également suspendue des instances de la Cédéao, avec des sanctions financières ciblées.

Source : aa.com

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.