Gambie: Jammeh doit être prêt à céder le pouvoir à la date prévue en janvier (ONU)

Dakar, – Le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a affirmé mercredi à l’AFP que le président gambien Yahya Jammeh devait “être prêt à céder le pouvoir” en janvier, indépendamment de son recours juridique contre l’élection de l’opposant Adama Barrow.

Yahya Jammeh president gambie

M. Ibn Chambas s’exprimait au retour d’une mission mardi à Banjul de quatre chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest, à laquelle il a participé, pour tenter de convaincre M. Jammeh de reconnaître définitivement sa défaite à l’élection présidentielle et de céder le pouvoir.

“L’opposition a remporté l’élection, qui a été juste”, a affirmé le représentant spécial dans la région du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

Le mandat de cinq ans de M. Jammeh expire le 19 janvier, a rappelé M. Ibn Chambas, ajoutant qu'”il devra être prêt à céder le pouvoir” à cette date.

D’ici là, “c’est M. Jammeh qui est le président constitutionnellement élu. Nous espérons que pendant cette période toutes ses actions seront conformes à la Constitution”, a souligné le responsable de l’ONU.

Interrogé sur les craintes émises par l’opposition, que la contestation des résultats devant la Cour suprême ne permette à M. Jammeh de se maintenir en place au-delà de la fin de son mandat, M. Ibn Chambas a assuré que les deux questions n’étaient pas liées.

“Cette procédure juridique n’a rien à voir avec le terme de son mandat”, fixé à janvier, a-t-il dit.

Après une journée de discussions mardi, la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, qui conduisait la délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), a reconnu qu’aucun accord n’avait encore été obtenu sur le départ de M. Jammeh.

Le même jour, passant outre les objections de l’opposition et de nombreux juristes, le parti au pouvoir a saisi la Cour suprême pour demander l’annulation des résultats accordant la victoire à Adama Barrow sur Yahya Jammeh par quelque 19.000 voix d’écart.

Faute de juges pour siéger à la Cour suprême depuis mai 2015, “il n’existe en Gambie aucun mécanisme légal légitime pour statuer sur le recours électoral du président sortant”, a estimé lundi l’Ordre des avocats.

De plus, désigner les juges manquants pour statuer sur ce recours entraînerait inévitablement des délais supplémentaires, selon l’opposition, qui dénie de toute façon au président sortant la légitimité pour exercer ce pouvoir.

Les juges de la Cour suprême sont nommés par le chef de l’Etat, sur proposition d’une commission spécialisée, et doivent prêter serment lors d’une cérémonie publique.

Source: AFP

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.