Des maliens accusés d’appartenir à Anssardine détenus à Pointe-Noire au Congo

Depuis l’éclatement de la crise du nord marquée par la présence de terroristes et des narcotrafiquants, les adeptes de l’association Ançar Dine internationale de Chérif Ousmane Madani Haïdara font l’objet de persécutions dans certains pays africains. Ils sont accusés à tort  par des personnes malintentionnées d’appartenir au réseau criminel d’Iyad Ag Ghali et sa clique de bandits armés. Cinq de ses disciples vivant au Congo depuis une vingtaine d’années font l’objet d’une arrestation depuis janvier 2013 à la faveur de la célébration du maouloud. En dépit de tous les efforts consentis, ils n’ont pas été relaxés.  Il est attendu d’ici la fin de la semaine un émissaire du gouvernement malien à Brazzaville afin de dénouer la situation.

ousmane_cherif_madani_haidara  anssardine

Le lendemain, les membres d’une secte religieuse  sont allés informer les autorités  que l’association Ançar Dine présente au Congo est une filiale de celle dirigée au Mali par le renégat Iyad Ag Ghaly. Et que si celles-ci ne prennent pas garde, le pays risque de sombrer comme le Mali.  Une véritable calomnie montée de toute pièce  à laquelle les autorités n’ont pas manqué d’accorder la plus grande attention. Les forces de sécurité sans prendre le temps nécessaire qu’il faut pour tirer le bon grain de l’ivraie  ont interpellé les membres de l’association Ançar Dine. Il avait été dit du  président de la coordination Ançar Dine du Congo en visite en son temps au Mali qu’il était venu remettre expressément de l’argent à Iyad Ag Ghaly. Ce qui s’est avéré faux. A son retour, il a été arrêté. Le président du Conseil islamique congolais qui était parti pour plaider la cause des adeptes de Chérif Ousmane Madani Haïdara a passé de sales quarts d’heure au commissariat central.

Il nous est revenu que la police qui a arrêté ces jeunes maliens a reconnu qu’aucune charge ne pèse sur eux. Et que sa démarche procède d’une certaine précaution.

Cela fait près de deux mois que ces personnes sont en détention arbitraire dans le commissariat central de Pointe Noire. Toutes les justifications et témoignages apportés n’ont pas permis leur libération.

Alors que depuis leur interpellation, les plus hautes autorités maliennes avaient été alertées, mais elles sont demeurées silencieuses.  Elles avaient promis d’entreprendre des actions, mais cette promesse est restée lettre morte, nous -t-on confié. Ce n’est que récemment que le gouvernement malien a décidé de prendre cette affaire au sérieux. Il est attendu d’ici la fin de la semaine au Congo un émissaire du gouvernement malien. Auparavant, cinq disciples de Chérif Ousmane Madani Haïdara avaient été arrêtés en Guinée accusés d’appartenir à Ansar Eddine d’Iyad Ag Ghaly.  Il a fallu l’intervention des autorités maliennes et de certains élus dont maitre Mountaga Tall pour que ceux-ci  recouvrent la liberté.

Abdoulaye  DIARRA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *