Des journalistes kenyans agressés par la police et un opposant détenu dans les toilettes à l’aéroport de Nairobi

Le Comité pour la protection des journalistes a appelé aujourd’hui les autorités du Kenya à enquêter immédiatement sur l’agression de journalistes par la police à l’aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi hier.

Selon les médias et les journalistes qui ont parlé au CPJ, des policiers ont attaqué des journalistes couvrant le retour d’un politicien de l’opposition dans le pays, blessant au moins deux journalistes.

« Les autorités du Kenya ne peuvent pas résoudre leurs différends politiques en battant des journalistes », a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ, à New York. « Les autorités kényanes doivent d’urgence enquêter sur cette attaque et mettre un terme à toute agression sur la presse par le personnel de sécurité, y compris les forces de police ».

Des journalistes de plusieurs médias se sont rendus à l’aéroport lundi après-midi pour dénoncer l’affrontement entre l’homme politique de l’opposition Miguna Miguna et les responsables de l’immigration qui contestaient son droit d’entrer dans le pays, selon les médias. Peu avant minuit, les policiers ont commencé à harceler verbalement et physiquement les journalistes qui se trouvaient à l’extérieur d’un terminal d’arrivées internationales en leur ordonnant de partir, selon des reportages et des séquences vidéo. Deux journalistes, Stephen Letoo, un reporter politique du réseau privé Citizen TV, et Robert Gichira, un cameraman de la chaîne privée Nation TV, ont déclaré au CPJ qu’ils avaient été battus par la police.

M. Letoo, qui a déclaré avoir été battu, poussé et donné des coups de pied par un nombre indéterminé d’officiers, a dit au CPJ qu’il avait momentanément perdu connaissance et qu’il avait subi des blessures à l’abdomen et aux membres. Il a dit qu’il a été traité dans un hôpital de l’aéroport et qu’il a été congédié après deux heures. Letoo a déclaré au CPJ que deux cameramen de Citizen TV ont également été giflés par des policiers sur les lieux.

Il a déclaré au CPJ qu’il avait subi des blessures légères aux bras et aux jambes lors de l’attaque. Un troisième journaliste, journaliste diffusée Sophia Wanuna du Kenya Television Network privé (KTN), le CPJ dit qu’elle a évité de justesse d’être frappé par coups de matraque officier de police alors qu’elle rapportait en direct parce que son cameraman est intervenu et a arrêté l’officier. Gichira et Wanuna ont également déclaré au CPJ que les agents avaient endommagé leur équipement photographique.

Dennis Itumbi, qui dirige les médias numériques pour le bureau du président au Kenya, a déclaré hier dans un post que la police avait bien fait. Itumbi a suggéré que les journalistes avaient défié les ordres de la police et filmaient dans des zones non autorisées. Interrogé aujourd’hui par le CPJ, Itumbi a déclaré qu’il n’avait pas toute les informations sur la question de savoir si les journalistes avaient été battus à l’aéroport et a ordonné à toute personne blessée durant l’incident de déposer une plainte officielle.

Le porte-parole de la police, Charles Owino, a refusé de faire des commentaires au CPJ, et l’inspecteur général Joseph Boinnet, de la police nationale du Kenya, n’a pas répondu à deux appels téléphoniques et à un message texte ce soir. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Mwenda Njoka, a déclaré au CPJ que les journalistes se trouvaient dans une zone restreinte de l’aéroport.

Des reportages de Citizen TV et du quotidien The Star ont indiqué que les autorités continuaient de refuser l’accès à Miguna, qui était toujours détenu à l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA).

Les conditions de la presse au Kenya se sont considérablement détériorées ces derniers mois. Le CPJ a documenté le harcèlement et les attaques de journalistes par le personnel de sécurité et les politiciens lors des élections de 2017. En février, les autorités ont fermé quatre chaînes de télévision en raison de leur couverture d’un événement de l’opposition à Nairobi.

Par ailleurs, Miguna Miguna a déclaré qu’il avait été détenu dans les toilettes de l’aéroport principal du pays depuis mardi, après avoir refusé d’être expulsé.

Miguna Miguna a déjà été expulsé au Canada le 6 février dans le cadre d’une répression contre les politiciens qui assistaient à une inauguration simulée du chef de l’opposition, Raila Odinga, pour protester contre la réélection du président kényan Uhuru Kenyatta.

Plus tard en février, un tribunal a ordonné que le passeport kenyan de Miguna soit restauré et que le retour dans le pays soit sécurisé.

Quand il a essayé de revenir lundi, Miguna s’est vu refuser l’entrée à l’aéroport de Jomo Kenyatta et des policiers en civil ont tenté de le bousculer sur un vol d’Emirates à destination de Dubaï, ont indiqué des témoins. Miguna a protesté et la tentative de le mettre sur le vol a échoué.

Afrik

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *