Côte d’ivoire: Fin de la mutinerie à Bouaké, un accord trouvé entre le gouvernement et les militaires

C’est ce vendredi 13 janvier dans la soirée que la mutinerie est arrivé à son terme à Baouké. Un accord a été trouvé entre les politiques et les militaires qui réclamaient leurs dus à l’Etat. D’après une source qui était partie prenante lors des négociations, toutes les revendications des soldats en colère ont été prises en compte et le gouvernement a pris toutes les dispositions pour leurs satisfactions.

alain-richard-donwahi-ministre-defense-putschiste-coup-etat-mutinerie-cote-ivoire-armee-soldat-militaire-revolte-greve-issiaka-ouattara-wattao

Notre source indique par ailleurs que le gouvernement s’est engagé à répondre favorablement aux revendications des militaires et d’aller même au-delà. 12 millions de FCFA, c’est la somme qui a permis au gouvernement et aux mutins de parvenir à un accord. Un premier versement de 5 millions est attendu lundi et le reste de la somme sera échelonné selon des journalistes présents sur place.

C’est au président de l’assemblée nationale Guillaume Soro que le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara avait confié le soin de régler ce dossier. Les accords signés témoignent de la réussite de la mission pour celui qui s’est vu être largement réélu au perchoir de l’Assemblée nationale et qui aura, avec cet épisode, montré, avec son équipe et ses proches, sa puissance sur le terrain ivoirien.

Signalons que dans la matinée de Vendredi, les soldats en colère avait menacé d’accentuer leur mouvement de contestation en cas de non accord. C’est à travers un communiqué adressé à nos confrères de koaci que nous avons pris connaissance de cette menace. Certains militaires qui s’étaient montrés impatients et voulant mettre la pression au gouvernement avaient fait parler leurs armes pendant la matinée.

Dans la soirée, à la suite des accords qui ont été signés, la joie des militaires s’est faite entendre avec des tirs survenus au niveau des casernes d’Abidjan, Daoukro ou Bondoukou. Ces derniers avaient aussi créé la peur au sein des habitants du pays.

Rappelons que les revendications des mutins qui avaient déclenché un mouvement coordonné depuis quelques jours portaient essentiellement sur le paiement des primes, la durée du temps de passage au grade supérieur, l`amélioration de leurs conditions de vie et des précisions sur une supposée prime ECOMOG.

(Visited 506 times, 510 visits today)
Source: afrikmag
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.