CONDAMNÉ PAR CONTUMACE A LA PERPÉTUITÉ DANS SON PAYS : L’ANCIEN PRÉSIDENT BURUNDAIS, PIERRE BUYOYA DEVRA-T-IL DÉMISSIONNER DE LA MISAHEL AU MALI ?

L’ex-président Pierre Buyoya est condamné par contumace à perpétuité dans son pays le Burundi. La Cour suprême du Burundi a condamné l’ancien président burundais Pierre Buyoya, ainsi que 18 autres proches à la perpétuité, pour l’assassinat du président Melchior Ndadaye qui a plongé le pays dans une décennie de guerre civile ayant fait plus de 300 000 morts.

Cette décision tombe au moment où l’ancien Président burundais, Pierre Buyoya est actuellement  chef de la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL). Une situation face à laquelle l’opinion, particulièrement celle malienne, s’interroge. L’UA va-t-elle continuer à garder au Mali un convaincu de crime dans son propre pays ?  Va-t-elle le remplacer ? Dans  quel cas ne va-t-il pas demander asile politique au Mali ? Sont entre autres questions que l’on se pose.

Il y a près de 27 ans jour pour jour, le 21 septembre 1993, Melchior Ndadaye, le premier président Hutu du Burundi démocratiquement élu  était assassiné. L’ancien président Pierre Buyoya, aujourd’hui Haut Représentant de l’Union africaine au Mali et au Sahel est condamné par contumace à la prison à perpétuité, pour « attentat contre le chef de l’État, contre l’autorité de l’état et attentat tendant à porter le massacre et la dévastation ».

Dix-huit autres personnalités de la haute administration burundaise de son époque, militaire et civile, sont condamnées à la même peine, alors que trois autres écopent de 20 ans de prison pour « complicité » (…)

KADOASSO I.

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *