Centrafrique : Le retrait du contingent Tchadien accueilli avec soulagement

La société civile centrafricaine, l’ex-coalition rebelle de la Séléka et la milice anti-balaka se sont réjouies, de l’annonce jeudi du retrait des soldats Tchadiens  du contingent Africain dans le pays (Misca )  estimant qu’elle ouvre la voie à l’apaisement des tensions dans le pays

 

troupes thadiennes escortent violences bangui soldat

 

“Les soldats tchadiens se sont mal comportés. Leur présence a toujours apporté l’insécurité, la mort. Le retrait de ces troupes va apporter la solution et créer un climat d’apaisement”, a déclaré un Banguissois.

“Adieu les oppresseurs et les envahisseurs de la RCA à la solde d’Idriss Déby Itno”, le président tchadien, titrait ainsi le quotidien Centrafric matin.

Les soldats Tchadiens  qui étaient fréquemment critiqués depuis le début de la crise en Centrafrique , pour leur comportement jugé partiale envers les exactions des rebelles séléka, à dominance musulmane, avec dans leurs rangs des mercenaires tchadiens et soudanais. qui avaient mené le coup d’état en mars 2013 contre le pouvoir de Bozizé

Le Tchad qui se dit victime de “lynchage systématique et qui “estime avoir “suffisamment encaissé a démarré ce vendredi au lendemain de son annonce le retrait de son contingent de 850 hommes, parmi les 6000 hommes actuellement déployé dans le Nord de la République centrafricaine (RCA).

La goutte de trop a été l’incident survenu samedi dernier, les soldats Tchadiens venu pour le rapatriement de leur compatriote à Bangui dans le quartier du pk12 ont tiré sur la foule tuant au moins 30 personnes et faisant au moins 300 blessés. L’armée tchadienne qui a déclaré avoir été attaqué à la grenade par des éléments hostiles dans la foule

Vendredi, l’ONU a déclaré que l’armée Tchadienne a ouvert le feu dans toutes les directions sur la population sans qu’il y ait eu de provocation.

Selon les premiers résultats de l’enquête de l’ONU qui a été menée grâce aux témoignages des blessés, la réaction des soldats Tchadiens était disproportionnée puisqu’ils ont tiré sur un marché bondé de civils non armés, a déclaré un porte-parole de l’ONU aux droits de l’Homme, Rupert Colville.

Koaci.com

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *