CÉDÉAO: ADO et Macky Sall à Paris pour prendre des ordres ?

Le sommet des chefs d’État de la CEDEAO sur la situation du Mali, prévu pour hier jeudi, a été remis à samedi prochain, selon des sources diplomatiques. Si officiellement, les responsables communautaires sont peu bavards sur ces reports, il ressort de plusieurs recoupements que deux présidents de la communauté étaient à Paris les 26 et 27 août 2020 pour échanger avec Emmanuel Macron sur la situation au Mali. En tout cas, toute décision de la CDEAO sur notre pays doit nécessairement refléter la position de l’ancienne métropole auprès de laquelle nos décideurs continuent de prendre des ordres.

 

Le climat entre les autorités militaires aux commandes à Bamako, depuis le 18 août 2020, et les chefs d’État de la CEDEAO reste tendu. Motif, la violation du Protocole de bonne gouvernance de l’organisation communautaire et le refus des bidasses à se plier à certaines recommandations imposées par les responsables de l’organisation. En tout cas, dans un compte rendu du médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonanthan, au Président en exercice du Nigéria, Muhammadu BUHARI, ce 26 août 2020, il informe que les chefs militaires, qui refusaient chaque terme de paix proposé par sa délégation, cherchaient à rester au pouvoir pendant trois ans avant de ramener le pays à un régime démocratique.
Depuis la fin du séjour de la mission de l’ancien président nigérian à Bamako, le 21 août dernier, le sommet des chefs d’État attendu depuis mercredi puis jeudi pour donner suite à cette mission, peine à se tenir. Et pour cause, les positions jusque-là affichées par la communauté semblent loin de celle de la France, notamment la volonté de certains chefs d’État de couper le pont avec le Mali jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel normal. Mais Paris qui a déjà exprimé sa volonté de ‘’rester solidaire au peuple du Mali’’ n’entend pas les choses de cette manière. Toute chose qui rend difficile pour l’organisation communautaire de prendre une décision radicale et définitive sur la situation malienne, selon des sources.

Deux chefs d’État membres de la communauté étaient hier à Paris pour s’entretenir avec le président français sur plusieurs questions notamment celle du Mali. Il s’agit, selon nos sources de Macky Sall du Sénégal et Alassane Dramane Ouattara, qui ont séjourné à Paris les 26 et 27 août où ils ont tous rencontré le président français Emmanuel Macron.

Point de doute, selon Serge Bilé de www.yeclo.com, Alassane Ouattara et Macky Sall se sont rendus en France ce 26 août 2020 pour rendre compte au président Macron.
« Donc si j’ai tout bien compris, alors qu’ils ne se sont à priori pas concertés, les présidents Macky Sall et Alassane Ouattara sont en France les 26 et 27 août.
Le Sénégalais rencontre Emmanuel Macron en premier pour parler du coup d’État au Mali, du franc CFA et de la question des troisièmes mandats.
L’Ivoirien rencontre ensuite son homologue français sur les mêmes sujets. On se croirait revenu au bon vieux temps des colonies, où il fallait venir rendre compte au maître à Paris qu’on préserve bien ses intérêts chez soi… », indique l’écrivain journaliste ivoirien.
TV monde, pour sa part, indique que le chef d’État sénégalais devrait être reçu à l’Élysée au cours d’une visite de deux jours, durant laquelle il sera invité d’honneur de l’université d’été du Medef (patronat) jeudi (hier). Sur la situation trouble de l’Afrique de l’Ouest, les deux chefs d’État ont évoqué la question du renversement du président malien Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août, mais aussi les incertitudes liées aux prochaines élections présidentielles en Côte d’Ivoire et en Guinée.
Pour rappel, ces deux présidents Macky Sall et Alassane Ouattara ont affiché des positions différentes lors du dernier sommet extraordinaire par visioconférence. Si Alassane était pour la fermeté contre la junte militaire avec à la clé la concrétisation de la fermeture de ses frontières avec le Mali, Macky Sall, lui, le 20 août dernier, demandait d’« agir avec responsabilité et célérité » au Mali afin d’éviter que ce pays ne sombre dans un « vide institutionnel et dans une impasse politique ».
« Il nous faut agir avec responsabilité et célérité afin d’éviter que le Mali ne sombre dans un vide institutionnel et dans une impasse politique », a-t-il écrit sur Twitter.
L’absence donc de ces deux chefs d’Etat dans leur pays serait dont à l’origine des reports de la conférence des chefs d’Etat tant attendue de la CEDEAO sur la situation du Mali. Entre temps, les responsables de Junte profiteront pour régler certains détails urgents.

Par Sidi DAO

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *