Burundi: les partis d’opposition demandent un nouveau médiateur à l’ONU

Les partis d’opposition burundais ont demandé jeudi au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon de nommer un nouveau médiateur dans la crise politique qui secoue le pays depuis plus d’un mois, accusant l’actuel de partialité.

manifestant foule protestation burundi

Les partis d’opposition “ont récusé cet après-midi le médiateur Said Djinnit et ont demandé aux Nations unies de (mettre à disposition) un autre médiateur”, a annoncé à l’AFP l’un des leaders de l’opposition, Frédéric Bamvuginyumvira, signataire d’une lettre adressée à cet effet à M. Ban.

“Nous reprochons à Said Djinnit d’avoir montré un côté penchant pour le gouvernement lors du dialogue qu’il a mené jusqu’ici”, a-t-il ajouté.

Les partis d’opposition accusent notamment l’envoyé spécial de l’ONU d’avoir “soutenu” le principe d’un troisième mandat du président burundais Pierre Nkurunziza lors du sommet des pays d’Afrique de l’Est consacré dimanche à la crise dans le pays, a-t-il poursuivi.

L’ONU a initié courant mai des négociations pour tenter de désamorcer cette crise.

Mais ces discussions entre le camp présidentiel, l’opposition et la société civile sont jusqu’ici restées dans l’impasse, butant notamment sur l’arrêt des manifestations anti-Nkurunziza et le retrait de la candidature du chef de l’Etat à la présidentielle.

Le président burundais fait face depuis l’annonce de cette candidature fin avril à un vaste mouvement de contestation populaire à Bujumbura, violemment réprimé par la police. Près d’une quarantaine de personnes ont été tuées et la sécurité s’est fortement dégradée.

Des élections législatives et des communales, censées se tenir vendredi avant la présidentielle le 26 juin, ont été repoussées à une date ultérieure.

 

Source: AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.