Burkina Faso, les djihadistes acceptent de parler

KABORE : Alors qu’il était en campagne électorale en novembre dernier, le président Roch Marc Christian Kabore avait un mantra – «Nous ne négocierons pas» – en parlant de l’insurrection djihadiste du Burkina Faso.

Cette politique distinguait Kabore de l’ancien président Blaise Compaoré, qui était d’avis que le dialogue avec les djihadistes du Mali voisin avait découragé les attaques contre le Burkina Faso lui-même.

Le refus déclaré de Kabore a été fortement soutenu par la France, dont la campagne militaire contre le djihadisme au Sahel en est maintenant à sa neuvième année.

The Manila Times, 11 mars 2021

Par Agence France-Presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.