Bousculade à La Mecque : les pays africains continuent de compter leurs morts

Le bilan officiel de la bousculade à La Mecque est de 769 morts mais il est en réalité au nombre de 1 448. Les pays africains continuent de compter leurs défunts.
pelerinage musulman islam mecque priere

Le bilan de la bousculade meurtrière survenue le 24 septembre à Mina, près de La Mecque, lors du rituel de la lapidation symbolique de Satan, ne cesse de s’alourdir. Alors qu’officiellement il est de 769 morts, il aurait en réalité atteint au moins le chiffre de 1 448. Il s’agit de la catastrophe la plus grave de l’histoire du haj, le pèlerinage à La Mecque, effectué chaque année par des millions de musulmans dans le monde.

Cette catastrophe touche tout le monde musulman en effet. Chaque pays continue de compter ses morts ou tente de retrouver ses disparus. L’Afrique aussi a perdu énormément de pèlerins. Au moins 52 Tchadiens ont trouvé la mort et une cinquantaine d’autres sont toujours portés disparus dans la bousculade meurtrière, selon un bilan provisoire actualisé samedi par le ministre tchadien de la Sécurité publique, Ahmat Mahamat Bâchir.

Selon le ministre tchadien, « les recherches continuent au niveau de l’Arabie Saoudite. Une cellule de crise a été mise en place par le gouvernement, elle ne ménagera aucun effort pour rendre publique toute information qui parviendra de la Terre Sainte ». Il faut dire que cette année 6 983 Tchadiens participaient au haj 2015, selon des données du Comité permanent chargé de l’organisation du pèlerinage, placé sous la tutelle du ministère de l’Administration du territoire, rapporte Xinhua.

Face à la situation, l’inquiétude grandit de jour en jour en Afrique, concernant les centaines de pèlerins toujours portés disparus depuis le drame. D’autant que Riyad n’a toujours pas fourni de décompte par nationalité des victimes. La précédente catastrophe la plus grave au pèlerinage remonte au 2 juillet 1990 quand une bousculade dans un tunnel de Mina avait fait 1 426 morts parmi des pèlerins, asiatiques pour la plupart.

 

Source: afrik

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *