Affrontement entre autochtones guerés et des maliens en Côte d’ivoire : Un mort et 13 blessés

Un mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels : c’est le bilan des affrontements entre des autochtones Guérés et des Maliens dans le village de Petit-Guiglo, dans le département Bloléquin, à l’ouest de la Côte-d’Ivoire.

 

 Une mission de bons offices composée d’autorités ivoiriennes, du Consulat du Mali à Abidjan et du conseil de base des maliens de Côte-d’Ivoire s’est rendue dans ledit village.

Un affrontement a eu lieu entre autochtones Wê et des ressortissants maliens à Petit-Guiglo, dans le département de Blolequin, le lundi 4 janvier 2021. Cet incident a fait 14 blessés graves. « Un des blessés, Djehi Marcellin, 41 ans  a eu la mâchoire cassée et a été évacué au CHU de Bouaké. Mais, il  succombera de ses blessures le mercredi 6 janvier 2021 », a révélé le quotidien national ivoirien Fraternité matin. Le bilan de cette bagarre est de 7 blessés et un mort du côté des autochtones Wê, et  du côté malien, 5 blessés dont un grave.

Les autorités administratives et le commandant de la compagnie de la gendarmerie de Guiglo, le chef d’escadron Abdoulaye Coulibaly, ont déployé des éléments de sécurité pour éviter un nouvel affrontement, puis, ils ont initié une médiation pour ramener le calme.

Cependant, l’annonce le 6 janvier 2021 de la mort de Djehi Marcellin a ravivé les tensions. Les autochtones en colère avaient  décidé d’une expédition punitive contre les allogènes pour dit-on, venger la mort de leur frère. Les Maliens, quant à eux, se préparaient à les affronter.

Les hommes du commandant Abdoulaye Coulibaly se sont  interposés pour empêcher un bain de sang comme ce fut le cas récemment à Guezon dans le département de Duékoué.

 Médiations

Selon les renseignements recueillis sur place, « un jeune Malien a été surpris le 3 janvier 2021, nu en train de faire du fétichisme sur un chemin menant à des champs. Une amende de 150 000 F CFA lui a alors été infligée par la chefferie traditionnelle pour non-respect des us et coutumes du village. Le mis en cause s’est acquitté de ladite amende le même jour. Mais, contre toute attente, le 4 janvier 2021, aux environs de 14h, un masque Wê accompagné d’une dizaine de personnes s’est introduit dans le quartier malien en vue d’encaisser cette fois-ci une nouvelle amende dite ‘’amende de la tradition’’ », révèle le journal. Avant d’ajouter que « Les Maliens s’opposent à cette nouvelle amende qu’ils assimilent à un racket ». Et, de préciser qu’ « une bagarre rangée à la machette et aux gourdins éclate alors entre les deux communautés faisant un mort et 13 blessés ».

Des actions sont en cours, sous la houlette du Sous-préfet de Bloléquin, Gnahoua Dogo Alain Serge et les chefs traditionnels pour le rétablissement de la paix.

« Malgré le déploiement des forces de l’ordre, les populations, souligne notre confrère, ont commencé à fuir Petit-Guiglo pour trouver refuge dans des villages voisins. Certains ont même traversé le fleuve Cavally pour le Liberia ». Et d’ajouter que le Préfet du département de Bloléquin, Sidiki Coulibaly, a instauré un couvre-feu de 18 heures à 5 heures du matin.

Informé, le Consulat du Mali à Abidjan, le Conseil de Base des Maliens de Côte d’Ivoire ont pris l’affaire en main. Le président Hamet Diawara, Bassékou Diarra, secrétaire permanent et Youba Coulibaly, secrétaire aux conflits et  une délégation du Consulat général d’Abidjan aux cotés de celle de la Côte d’Ivoire ont quitté Abidjan pour se rendre à Petit-Guiglo.

La délégation ivoiro-malienne a pour mission de « mener une médiation afin que la paix revienne», a écrit le HCME sur sa page facebook. La délégation devrait rencontrer les parties.

Affaire à suivre !

Amadou Sidibé

Source : Arc en Ciel

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.