Accord avec la France : L’Afrique de l’Ouest renomme le franc CFA mais reste arrimée à l’euro-Président Ivoirien

L’Union économique et monétaire ouest-africaine ( UEMOA) a conclu un accord avec la France pour apporter des modifications au franc CFA, a déclaré samedi le président ivoirien Alassane Ouattara

Aux termes de l’accord, la devise reste arrimée à l’euro et sera renommée ECO. Il supprime l’obligation pour les pays de conserver 50% des réserves au Trésor français et la nécessité d’avoir un représentant français au conseil d’administration de l’union monétaire.

« C’est un jour historique pour l’Afrique de l’Ouest », a déclaré Ouattara lors d’une conférence de presse conjointe avec le président français Emmanuel Macron à Abidjan

L’avenir de la monnaie a fait l’objet de longs débats, les critiques pointant ses liens avec la «Francafrique», le réseau d’influence que Paris conserve dans ses anciennes colonies.

Les partisans ont fait valoir que la monnaie de 74 ans a apporté une stabilité monétaire aux pays qui l’utilisent, bien que Macron ait déclaré en 2017 qu’il appartenait aux gouvernements africains de décider quoi faire de la monnaie.

Le CFA couvre 14 pays africains avec 150 millions d’habitants et 235 milliards de dollars de produit intérieur brut.

Les changements n’affecteront que la forme ouest-africaine de la monnaie utilisée par le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Macron, qui a eu 42 ans samedi, a salué la réforme et a salué l’autonomisation financière et économique de la région.

« Je n’appartiens pas à une génération qui a connu le colonialisme … alors rompons les liens! », A-t-il déclaré, ajoutant que la monnaie était considérée par certains, en particulier les jeunes africains, comme un héritage post-colonial.

Plus tôt dans la journée, Macron a annoncé qu’une opération militaire française a tué 33 extrémistes islamiques dans la région de Mopti.

Il a tweeté qu’il était «fier de nos soldats qui nous protègent». Deux gendarmes maliens ont également été secourus lors de l’opération, a-t-il indiqué.

Vendredi soir, Macron a rencontré des militaires français stationnés en Côte d’Ivoire, qui partage une longue frontière avec l’instabilité du Mali et du Burkina Faso. La visite comprenait des commandos qui ont participé à l’opération au Mali le mois dernier au cours de laquelle 13 soldats sont morts dans une collision d’hélicoptères.

Plus tôt samedi, Macron et Ouattara ont souligné le lancement d’un nouvel effort de formation. L’Académie internationale de lutte contre le terrorisme sera chargée de «former en Côte d’Ivoire certaines forces spécialisées de toute l’Afrique», a déclaré Macron. «Ensuite, nous serons collectivement mieux préparés à la lutte contre le terrorisme.»

Dimanche, Macron rendra hommage à Bouaké aux victimes d’un bombardement de 2004 par l’armée de l’air ivoirienne lors de la guerre civile dans le pays, qui a tué neuf soldats français et un civil américain qui avaient trouvé refuge à la base de l’armée française.

Il rendra également visite au président nigérien Mahamadou Issoufou à Niamey avant de rentrer en France, où un sommet avec les dirigeants ouest-africains se tiendra à la mi-janvier pour clarifier la stratégie de l’opération militaire française dans la région du Sahel.

Source: intellivoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *