1er colloque sur la littérature africaine : Les femmes à l’honneur

L’Université des Lettres, des Langues et des Sciences Humaines de Bamako a organisé les 7 et 8 mars 2014  les journées de réflexion sur les œuvres des femmes écrivaines de l’Afrique de l’Ouest. La cérémonie d’ouverture était placée sous la coprésidence des ministres Mme Sangaré Oumou Ba de la Promotion de la Famille, de la Femme et de l’Enfant et du Pr. Moustapha Dicko de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

librairie litterature livres bibliotheque romans

 
Ces journées ont vu la participation de plusieurs écrivaines venues du Burkina Faso, du Sénégal, de la Guinée Conakry et du Mali. À tout seigneur tout honneur, le recteur de l’Université des Lettres et des Sciences humaines de Bamako, le Pr.  Macky  Samaké, il  a remercié les responsables du département d’études et de recherches de la Faculté des Lettres, des Langues et Science du Langage pour cette initiative, qui est la première du genre dans notre pays. Selon le recteur, ce colloque  rend un vibrant hommage aux femmes.
À suite, le ministre de la Promotion de la Famille, de la Femme et de  l’Enfant, Mme Sangaré Oumou Ba, a souligné que ces journées permettront aux écrivaines et aux universitaires d’Afrique de l’Ouest de contribuer à la consolidation de la culture de la paix qui cadre parfaitement avec le thème de la 20ème édition de la journée internationale de la  Femme : «paix et réconciliation ; défis et enjeux pour une autonomisation accrue des femmes». Selon Mme Sangaré Oumou Ba,  le thème de ce colloque n’est pas fortuit, car notre pays vient de tourner l’une des pages les plus sombres de son histoire. C’est pourquoi, elle a félicité les organisateurs et les partenaires de cette activité avant de rendre un vibrant hommage à celles qui bravent les pesanteurs inhérentes à nos us et coutumes. Pour sa part, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Moustapha Dicko, a rendu un hommage à la marraine Mme  Ly Madina Tall, qui est l’une des pionniers de l’écriture dans notre pays.
Selon le ministre Dicko, notre pays a besoin de paix pour enclencher le processus de développement économique et culturel qui avait connu un coup d’arrêt.
Il faut signaler que ces journées ont été marquées par une table ronde sur le thème «la contribution des écrivaines dans la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest», animée par Aminata Sow Fall, Fatoumata Keita, Hadizatou Sanoussi, Madina Tall Ly et Bintou Sanankoua.
Arouna Sissoko (stagiaire)  

SOURCE: Le Débat

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *