Yéli Sissoko à la conférence de presse du collectif des clubs et ligues majoritaires de la Fémafoot : « Toutes les décisions entreprises par le comité exécutif de la fémafoot durant ces deux années sont nulles et de nul effet, l’assemblée générale du 30 n

La Maison de la presse a abrité ce mardi 12 octobre une conférence de presse organisée par le collectif des clubs et ligues majoritaires de la Fédération malienne de football. Elle était animée par Messieurs Mamadou Dipa Fané, président du collectif, Yéli Sissoko, président de la commission des finances de la fémafoot et Moussa Konaté, président du club olympique de Bamako. L’objectif de cette conférence était d’échanger avec la presse sur les contenus de l’arrêt rendu par le tribunal arbitral du sport (Tas).

Federation malienne football femafoot assemblee general conference reunion

« Nous venons par la présente vous faire part de notre avis sur la sentence prononcée le Tas dans l’affaire opposant le collectif au comité Exécutif de la fédération malienne de football » a introduit Monsieur président de la commission des finances de la fémafoot.

En effet, après moult négociations menées par différentes structures et personnalités du pays pour le règlement de la grave crise du football malien, négociations qui se sont toutes soldées par des échecs, le collectif a pensé qu’il fallait saisir la plus haute juridiction du sport mondial pour avoir une décision à caractère pédagogique afin que nul, dorénavant, ne puisse impunément violer les règles de notre Association a-t-il poursuivi.

C’est à la suite de cette requête que le Tas de Lausanne (Suisse) a rendu son verdict, en donnant raison au collectif des clubs et ligues majoritaires.

Le collectif se réjouit de cette sentence, car le droit a été définitivement dit a-t-ajouté. A l’en croire, la Fémafoot a signalé au cours du procès l’incompétence du Tas pour juger cette affaire, la qualité des membres ayant fait appel et le délai de recours. C’est  pourquoi, la Fémafoot avait  demandé au Tas de se dessaisir du dossier. A ce niveau, explique monsieur Sissoko, nous remarquons que toutes ces exceptions ont été effectivement rejetées.

Quant au fond, ce qui était visé et réclamé par le collectif consistait en l’annulation de l’Assemblée générale du 31 octobre 2015, la levée de la suspension des personnes physiques et le retour en ligue 1 des clubs du Djoliba AC, du CSK, de l’Avenir de Tombouctou et du Club Olympique de Bamako. La aussi, ajoute monsieur Sissoko, la Fémafoot a totalement succombé.

Car le Tas déclare que l’Assemblée Générale de la Fémafoot du 31 octobre 2015 est nulle faute d’avoir été convoqué régulièrement et que les décisions y adoptées sont et nul effet.

Le Tas ordonne au comité Exécutif la convocation d’une Assemblée Générale au plus tard le 30 novembre 2016. Il s’agit d’une assemblée ordinaire a-t-il précisé. Aux dires de monsieur Sissoko, nous avions passé deux années de gâchis, de  peine perdue, d’économie gaspillée par des personnes qui, connaissant bien les statuts, se sont évertuées à transgresser tous nos textes, donnant l’impression que la gestion du football malien n’obéissent à aucune règle.

D’après lui, toutes les décisions entreprises par le comité exécutif de la fémafoot durant ces deux années sont nulles et de nul effet, l’assemblée générale du 30 novembre tirera toutes les conséquences aux plans sportif et administratif. Il n’y’a pas eu de championnat au Mali depuis 2013 renchérie Maitre Bassalif Sylla. Il n’y’a eu que des matchs d’entrainement précise-t-il.

Selon lui, il faut que la loi soit dite et appliquée dans sa dernière rigueur. Toute fois ajoute-t-il on peut s’asseoir et discuter de tout. A ses dires, Yacouba Traoré et Boubacar Diarra sont les fossoyeurs du football malien.

Et Me Sylla d’en rajouter une couche « il  y’a des gens qui sont nés avant la honte ». « Nous sommes satisfaits et nous nous réjouissons du verdict du Tas, parce que c’est une décision pédagogique qui permet d’assainir l’environnement du sport au Mali » a introduit monsieur Moussa Konaté, président du COB. C’est une leçon à retenir pour le sportif et le politique a-t-il ajouté.

Selon monsieur Konaté, l’Etat à travers certains responsables n’ont pas été à la hauteur de leur mission régalienne. Même son de cloche chez Abéta Ag Seydou, président de la ligue de Kidal. Selon lui, l’Etat a laissé faire Boubacar Baba Diarra foudre la merde dans le football malien. Ecœuré, il ajoute « l’Etat a fermé les yeux sur les agissements des membres du  comité Exécutif de la Fémafoot et nous ne sommes pas d’accord ».

A l’en croire, il est inadmissible d’organiser la montée en ligue I orange sans les clubs du nord. Il accuse, Yacouba Sibiri Traoré et Boubacar Baba Diarra de planifier et de concocter ce plan d’exclusion des ligues de Tombouctou et Kidal. Quant à Mamadou Dipa Fané, il a expliqué l’irrévocabilité du présent du Tas.

Abdrahamane Sissoko

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *