Tournoi de l’UEMOA : LE MALI VA-T-IL VAINCRE LE SIGNE INDIEN ?

Deux fois finalistes pour autant de défaites, les Aigles locaux ne visent que le trophée pour cette 7è édition qui se déroulera du 26 novembre au 03 décembre à Lomé au Togo. Les protégés de Djibril Dramé sont logés dans le groupe A où ils en découdront avec le Togo, la Côte d’Ivoire et le Niger lors de la phase initiale.

djibril Drame entraineur aigle

La 7è édition du tournoi de l’intégration de l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui avait été suspendue en 2014 pour cause de maladie à virus Ebola reprend ses droits. La compétition se déroulera du 26 novembre au 03 décembre à Lomé au Togo et mettra aux prises les huit pays membres de l’UEMOA : le Mali, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Niger, le Sénégal et le Togo. Les huit protagonistes ont été repartis en deux groupes. Dans le groupe A, on retrouve l’hôte du tournoi, le Togo, le Mali, la Côte d’Ivoire et le Niger, alors que le Sénégal, le Bénin, le Burkina Faso et la Guinée Bissau en découdront dans le groupe B. En réalité, les organisateurs ont tout simplement décidé de reconduire le tirage de 2014, année à laquelle le tournoi n’a finalement pu avoir lieu. Le match d’ouverture opposera les Eperviers du Togo aux Aigles du Mali, le 26 novembre. Les Aigles locaux ont-ils une chance dans cette poule ? Sans hésiter, on peut répondre par l’affirmative, surtout quand on sait que le Mali a été finaliste en 2008 à Bamako contre la Côte d’Ivoire (1-1, 5-6 t.a.b) et 2011 à Dakar face au Sénégal (0-1). Mais lors de la dernière édition qui s’était déroulée en 2013 en Côte d’Ivoire, la sélection malienne avait été éliminée dès la phase de poules, les protégés de Djibril Dramé n’ayant pu faire mieux que deuxièmes (seuls les premiers des deux groupes se qualifient pour la finale). Le sélectionneur national des Aigles locaux, Djibril Dramé, a convoqué 30 joueurs pour le stage de préparation qui a démarré le lundi 31 octobre au stade Modibo Kéita. Sacré champion du Mali pour la 4è fois de suite, le Stade malien de Bamako dispose du plus gros contingent avec 7 joueurs dont le meilleur joueur de la saison, Aboubacar Diarra et le meilleur gardien de but, Djigui Diarra. Meilleur buteur de la saison avec 9 réalisations, l’attaquant du COB, Ibrahima Koné figure également parmi les joueurs présélectionnés par l’entraîneur des Onze Créateurs de Niaréla. Cette première phase de la préparation de la sélection nationale sera surtout dominée par des matches amicaux contre les équipes locales. C’est à l’issue de ces rencontres amicales que le sélectionneur national communiquera la liste définitive des joueurs retenus pour cette campagne, Lomé 2016. Sur le site officiel de l’UEMOA, la commission d’organisation du tournoi précise que l’édition 2016 aura comme parrain l’ancien gardien de but des Eperviers (surnom de la sélection togolaise, ndlr) Tommy Sylvestre. «Lancée en 2007, le tournoi UEMOA ou coupe de l’intégration ouest-africaine vise à rassembler autour du football, les jeunes de l’espace UEMOA afin de favoriser leur appropriation de l’idéal et de la culture de l’intégration», explique sur le même site un responsable de la commission d’organisation. Le tournoi, qui regroupe les équipes nationales de football des Etats membres composées exclusivement de joueurs locaux, décerne trois trophées : le trophée de l’intégration ouest-africaine, le trophée du fair-play et celui du meilleur buteur. En six éditions, seuls quatre pays ont réussi à inscrire leur nom au palmarès du tournoi : le Burkina Faso (2013), le Niger (2010), la Côte d’Ivoire (2007, 2008) et le Sénégal (2009, 2011). Le Mali deviendra-t-il la cinquième nation à brandir le trophée ? C’est tout le mal que nous souhaitons pour le sélectionneur national Djibril Dramé et ses joueurs qui ont chuté deux fois au pied du podium. Pour cette campagne 2016, la sélection malienne pourra compter sur la grande expérience de son entraîneur qui a conduit notre pays en finale du dernier Championnat d’Afrique des nations (CHAN) au Rwanda ‘défaite 3-0 devant la RD Congo). Le technicien qui a déjà participé deux fois à cette compétition avec des fortunes diverses (2011 au Sénégal et 2013 en Côte d’Ivoire) tentera de conduire cette fois les Aigles locaux sur la première marche du podium. Mais pour espérer vaincre le signe indien et devenir le premier technicien malien à inscrire son nom au palmarès du tournoi sous régional, l’ancien joueur du Réal et du Nianan devra d’abord se sortir de la phase de poule, c’est-à-dire, damer le pion au Togo à la Côte d’Ivoire et au Niger. Sur le papier, la Côte d’Ivoire et le Togo apparaissent comme les concurrents les plus sérieux des Aigles locaux, mais les nôtres devront également s’accommoder de la présence du Niger qui reste un outsider aux dents longues.

S. S. KAMISSOKO

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.