Qualification des Aigles à la coupe monde 2014 : L’espoir renaît

Les chances de qualification des Aigles du Mali pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde Brésil 2014 ne sont pas totalement anéanties. Un brin d’espoir s’est invité dans le nid des Aigles à la faveur d’une probable réclamation  sur 2 joueurs Béninois (le Martiniquais Fabien Farenolle et l’Ivoirien Arsène Menessou) qui ont pris part au match Bénin-Mali (1-0) de la 1ere  journée en juin 2012 à Cotonou. La naturalisation des 2 joueurs n’aurait pas obéi aux procédures de la FIFA. C’est donc une aubaine pour le Mali qui peut se relancer avec 3 points supplémentaires.aigles du mali rwanda coupe

Le sort de notre  groupe (groupe H) était scellé sur le terrain au terme de la 5e journée des éliminatoires pour le dernier tour qualificatif à la Coupe du monde Brésil 2014. Le verdict était même tombé avec la validation de l’unique ticket qualificatif pour l’Algérie (12 points +8) devant le Mali (8 points +1) et le Bénin (5 points -3). Le Rwanda (2 points -6) était jusqu’alors le seul pays éliminé avant cette 5e journée.

Ceci étant, le verdict sur le terrain est largement menacé par une affaire administrative qui pourrait profiter au Mali. C’est la presse béninoise qui a tiré sur la gâchette la semaine dernière en s’interrogeant sur la poursuite de la carrière du gardien titulaire du match Bénin-Mali, Fabien Farenolle, avec les Ecureuils du Bénin. Ladite presse s’interroge même sur le fait que le Bénin ait échappé   aux enquêtes de la FIFA. La démission du sélectionneur des Ecureuils, Manuel Amoros, à la veille de la 5e journée n’est pas gratuite dans la fuite des informations sur Fabien Farenolle et Arsène Menessou, 2 joueurs binationaux née à l’extérieur.

Par rapport aux critères de qualification pour les équipes représentatives à la Coupe du monde, la FIFA est très stricte. Les nouveaux textes de la FIFA sont clairs et visent des pays légers en matière d’attribution de nationalité dans le football comme le Burkina Faso, le Togo, l’Ethiopie, la Guinée Equatoriale entre autres. Tous ces pays cités ont perdu des points sur tapis vert ou sont en phase de les perdre pour avoir aligné des joueurs binationaux ou naturalisés. On se demande alors comment le Bénin peut-il passer entre les mailles des filets de la FIFA à propos du gardien Fabien Farenolle, (né à Bordeaux et sociétaire de Clermont Foot) et du défenseur polyvalent, Arsène Menessou (Louvière Centre de Belgique).

 

A la lecture de la presse béninoise «Fabien Farnolle ou encore Arsène Ménessou sont désormais quasiment disqualifiés avec les Ecureuils du Bénin.»

 

La presse béninoise va plus loin au lendemain de Mali-Bénin (5e journée) : Fabien Farnolle, absent face à l’Algérie à Porto-Novo, purgeait sa suspension. Il était donc normal qu’il ne soit pas aligné. Mais son cas est plus profond. Dimanche 16 juin à Bamako face au Mali, Fabien Farnolle en principe titulaire habituel des Ecureuils n’a pas été aligné. La raison ? Les nouveaux textes de la Fifa. L’instance faîtière du football béninois a décidé de lutter contre les naturalisations fantaisistes, les «recrutements» de mercenaires pour les sélections nationales.

 

Les Statuts de la FIFA en leur Règlement d’application des Statuts (Édition : juillet 2012) évoquent des points précis à leur chapitre III relatif à la  Qualification en équipe représentative : «Un joueur que sa nationalité autorise à représenter plus d’une association en vertu de l’art. 5 peut ainsi participer à un match international pour le compte de l’une de ces associations uniquement si, en plus d’avoir la nationalité de cette association, il remplit au moins l’une des conditions à savoir être né sur le territoire de l’association concernée (dans ce cas, le Bénin), sa mère ou son père biologique est né(e) sur le territoire de l’association concernée, sa grand-mère ou son grand-père est né(e) sur le territoire de l’association concernée ou enfin, il a vécu sur le territoire de l’association concernée au moins deux années consécutives… »

 

Toujours selon nos confrères béninois, le chapitre III relatif à la  Qualification en équipe représentative  est fatal pour les 2 joueurs. Ni le  Martiniquais Fabien Farnolle, encore moins l’Ivoirien Arsène Ménessou ne sont nés au Bénin, ne sont fils de Béninois ou encore au moins y résidés pendant 2 années consécutives. Les deux joueurs  ont été recrutés  par le Bénin pour porter ses couleurs depuis juin 2011 (Arsène Menessou) et fin février 2012 (Fabien Farenolle).

 

La balle est désormais dans le camp de la Femafoot qui a désormais toutes les preuves pour faire une réclamation sur le Martiniquais, Fabien Farenolle, qui était le gardien titulaire de Bénin-Mali (1-0) lors de la  1ere journée  des éliminatoires de la Coupe du monde. Une réclamation qui devrait en principe avoir gain de cause au vue du chapitre III des Statuts de la FIFA relatif à la  Qualification en équipe représentative. C’est dire que le Mali gagnerait 3 points supplémentaires et le Bénin en perdrait autant.

 

Ce nouveau verdict sur tapis vert bouleversera non seulement le classement du groupe H,  mais il invaliderait surtout la qualification sur le terrain de l’Algérie. Le nouveau classement du groupe H maintiendra toujours l’Algérie en tête avec 12 points +8. Le Mali, avec désormais 11 points +2 se relancera dans la course au ticket final pour le dernier tour. Toute chose qui autorise la réalisation d’un rêve lors d’une «finale» Algérie-Mali au mois de septembre 2013 à Blida en Algérie (6e et dernière journée). L’espoir renaît-il dans le camp des Aigles du Mali ?

 

La cerise sur le gâteau pour les Aigles du Mali peut provenir d’une autre réclamation contre le buteur Rwandais Medie Kagere, lors de Mali-Rwanda (4e journée). Selon nos infos, Medie Kagere, aurait 2 noms : un nom gabonais (il serait Gabonais ou d’origine gabonaise) et un nom rwandais. Nos sources nous indiquent par ailleurs que le président de la Femafoot a été informé de cette situation par certains Maliens du Gabon. Si le Mali gagne cette autre réclamation, il gagnerait 2 points supplémentaires. Le classement du groupe H serait totalement bouleversé. Le Mali prendrait la tête avec 13 points, devant l’Algérie (12 points). A ce jeu, le Mali n’aura besoin que d’un nul lors de la dernière journée contre l’Algérie à Blida pour se qualifier pour le dernier tour.

 

Mais au vue de la situation constatée à la Femafoot, l’on n’est pas très chaud pour faire lesdites réclamations qui profiteraient à plus d’un titre aux Aigles du Mali et au football malien.

Baba Cissouma

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *