N’Tola sarama, tennis-ballon : LA FEDERATION PORTEE SUR LES FONTS BAPTISMAUX

tennis ballon futnet football joueur

Le monde du tennis-ballon, également appelé futnet ou football-tennis dispose désormais d’une fédération. Le lancement des activités de la nouvelle fédération s’est déroulé samedi dernier à l’Hôtel Salam en présence de plusieurs personnalités dont le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, le parrain et ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, et le président de la fédération, Moctar Sow.
Dans son allocution d’ouverture le président de la Fédération malienne de futnet (FMF) N’tola sarama indiquera que «N’tola sarama offre à la jeunesse un espace d’expression appropriée permettant aux jeunes de mettre en exergue leurs talents et leur créativité. Ce projet crée la rencontre entre jeunes et leur procure du bonheur sur les terrains de sport, dans les écoles et au quotidien, soulignera Moctar Sow. Notre vision prône le droit aux jeunes de pouvoir jouer, s’exprimer sans complexe, sans discrimination sexuelle, physique, raciale ou religieuse.
La fédération N’tola sarama, insistera Moctar Sow, a une vision qui va au delà des considérations techniques et sportives.
Quant au parrain, il témoignera avoir assisté à la création de l’association N’tola sarama en 2012, avant de féliciter le président Moctar Sow pour la naissance de la fédération. «La Fédération malienne de futnet N’tola sarama ne sera pas une fédération de plus, elle sera une association sportive utile, nécessaire qui procure à la jeunesse une occupation saine à travers le ramassage des ordures», dira Oumane Issoufi Maïga, avant de témoigner sa reconnaissance au ministre des Sports pour sa présence à la cérémonie.
Pour le ministre des Sports, la création de la Fédération de futnet Mali est une bonne nouvelle pour le monde de sport du pays et la nouvelle association ne peut que contribuer au développement de la discipline dans notre pays. «Quand Moctar Sow nous a approché pour nous proposer son projet de création d’une fédération nationale de N’tola sarama, nous avons tout de suite adhéré à son initiative.
Dans la foulée, le ministère a aidé Moctar Sow pour un voyage en République tchèque dans la perspective de la mise en place de cette fédération», indiquera Housseïni Amion Guindo.
Auparavant, le premier responsable de la Fédération futnet Mali avait parlé du concept N’tola Sarama, de l’historique et des objectifs de l’association. «Notre concept s’enracine dans notre environnement socio-culturel et englobe dans son approche une vision de développement durable», précisera Moctar Sow avant d’indiquer que cinq ligues de futnet ont déjà été mises en places à l’intérieur du pays notamment à Kayes, Ségou, Sikasso, Koulikoro et Bamako.
Sur le plan sportif, N’Tola Sarama ambitionne de mettre en place une équipe nationale dans un bref délai afin de permettre à notre pays de participer aux compétitions de la Fédération internationale de Futnet (UNIF) qui existe depuis 1987 et qui regroupe dix nations : l’Autriche, le Brésil, la Croatie, la France, la Grèce, la Hongrie, la République-Tchèque, la Roumanie, la Slovaquie et la Suisse.

S. S. KAMISSOKO


Cameroun : CINQ CANDIDATURES POUR LE POSTE DE SÉLECTIONNEUR

La Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) se tient à son programme. Après avoir reçu plus de 286 candidatures en 48 heures pour le poste de sélectionneur, la commission chargée d’inspecter les dossiers des postulants a déjà remis sa short-list de cinq techniciens à la Fecafoot. Président de l’instance, Tombi A Roko a révélé qu’il y’a « un Camerounais, trois Français et un Serbe dans la short-list », et que la seconde étape du recrutement va débuter dans les prochains jours. « Nous allons organiser les auditions des candidats retenus », a-t-il précisé. Si le dirigeant ne s’est pas risqué à dévoiler les noms des candidats toujours en lice, aucun doute n’existe sur les identités d’au moins deux d’entre eux. Selon nos informations, Claude Le Roy figure en bonne position dans la short-list remise par la commission d’étude des dossiers, les candidats étant classés « par ordre de mérite » : le premier recevant cinq points, le deuxième trois points et le troisième deux points. Après avoir quitté son poste de sélectionneur du Congo, le technicien de 67 ans avait vu son nom être très vite être associé aux Lions Indomptables et n’avait pas caché son intérêt pour le poste, lui qui a déjà dirigé l’équipe à deux reprises. Autre certitude, la présence de Milovan Rajevac parmi les cinq finalistes. Connu sur le continent, le Serbe voit souvent son nom revenir ces dernières années lorsqu’il s’agit de reprendre en main une sélection.
Sans succès pour l’heure pour l’ancien sélectionneur du Ghana, dont la candidature aurait été cette fois appuyée par Puma, sponsor du Cameroun, selon la presse locale. Information démentie par le président de la Fecafoot. « J’ai entendu des voix qui disaient que Puma va imposer Milovan, mais ce sont des affabulations », a-t-il clamé dans des propos relayés par Camfoot. « Ce sont des gens qui veulent creuser le faux pour avoir le vrai, mais ils n’auront pas le vrai à partir de moi. » Sélectionneur intérimaire depuis le départ de Volker Finke, avec à la clé la qualification de l’équipe pour la phase de groupes des éliminatoires au Mondial 2018, Alexandre Belinga serait toujours en course et dispose d’un soutien de taille en la personne de Roger Milla.
« Je l’ai toujours dit : il faut donner la chance aux Camerounais », faisait ainsi savoir l’icône du football camerounais, militant de la piste locale et pour la reconduction du duo formé par Belinga et son adjoint Bonaventure Djonkep. Sauf que dans les hautes sphères de la fédération, certains ne l’entendent pas de cette oreille et misent sur la piste d’un technicien étranger. Reste à savoir qui sont les deux derniers prétendants, dont les identités ne sont pour l’heure pas confirmée, même si le nom d’Hervé Renard est également avancé. Libre depuis son départ de Lille, le champion d’Afrique 2015 jouit toujours d’une bonne réputation sur le continent et a déjà fait savoir que son prochain poste serait hors de France. Reste à savoir si ce sera au Cameroun, au Ghana avec le possible départ d’Avram Grant, ou ailleurs.

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *