Match Mali-Algérie : Les Aigles du Mali face à l’histoire

La Guinée Equatoriale de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, accueille du 17 janvier au  7 février  2015, la 30ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations  (Can) 2014. Cela, après le désistement du Maroc de l’organiser à cause de la fièvre à Virus Ebola qui sévit dans certains pays africains.

equipe nationale mali aigles capitaine seydou keita match amicale

Les Pays africains qui sont dans le dernier carré des éliminatoires de ladite Can, sont en veillée d’armes pour le compte de la sixième et dernière journée des  matchs de groupes, prévue cette semaine. Des confrontations à l’issue desquelles les noms des 16 nations qui prendront part à la fête des meilleures équipes «A»  de football du continent seront connues. Même si certaines d’entre elles ont déjà obtenu leurs tickets, d’autres doivent attendre les duels de la sixième journée pour connaître leur sort.  C’est le cas des Aigles du Mali (version Henry Kasperczack 2). Seydou Kéita et ses coéquipiers qui recevront les Fennecs d’Algérie pour la cause sont entre le marteau et l’enclume. D’une part, la victoire leur est imposée, et d’autre part, ils sont tenus d’éviter de prendre des buts afin d’échapper à l’élimination au cas où il y un goal-average. Mais avant, il faut retenir le souffle en attendant la fin des 90 minutes ce mercredi 19 novembre 2014. «La mission est difficile, mais pas impossible», reconnaissent les Aigles, en regroupement à Kabala. Etant conscients donc de la tâche ardue qui les attend ce soir, après deux défaites sans appel (contre Ethiopie au 26 mars, et chez les malawites) qui resteront longtemps au travers de la gorge des Maliens, Seydoublen et ses camarades doivent changer le cours de l’histoire qui est en train de se dessiner. Changer le cours de l’histoire pour qu’il ne soit pas écrit en lettres capitales qu’ils ont privé le Mali d’être en Guinée Equatoriale 2015 (le pays qui l’a vu décrocher sa première troisième place de l’histoire après Yaoundé 1972). Changer le cours de l’histoire pour qu’il ne soit pas retenu que le Mali n’avait jamais été proche à une phase finale d’une Can dès les 4è et 5ème  journées et se voir éliminer à la porte. Changer le cours de l’histoire pour démontrer au public sportif malien qu’après deux bonnes Can (2012 et 2013 avec deux troisième place), qu’il est impardonnable pour eux, de rater la phase finale de la Can 2015. Changer le cours de l’histoire, pour prouver, qu’après avoir pris part aux éditions des Can de 1972, 1994, de 2002, 2004, 2008, 2010, 2012 et 2013, qu’il est hors de question pour eux de priver le Mali de la Can de 2015. Face à l’histoire donc, Seydou et ses partenaires doivent sortir de leur carapace pour décrocher leur billet pour  Guinée Equatoriale 2015. En tout cas, les talents ne manquent pas. Mais le succès passera incontestablement par un sursaut d’orgueil. Mais faudrait-il aussi que le coach Kasperczack fasse sortir une équipe capable de répondre à l’impatiente attente  du peuple malien. Bonne chance donc à vous…

Hadama B. Fofana

 

SOURCE: Le Républicain  du   19 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.