Lloris, Le Graët, Deschamps: Samir Nasri balance sur la vie des Bleus

C’est une de ses interviews que l’on savoure jusqu’à la dernière lettre et que l’on se promet de revoir le week-end au coin du feu. Jeudi soir, Samir Nasri s’est livré dans l’émission Sport Confidentiel sur L’Equipe 21. Interrogé sur l’équipe de France, qu’il a quittée (définitivement?) en prenant sa retraite internationale cet été, le milieu offensif de Manchester City s’en est surtout pris à trois personnes: le sélectionneur Didier Deschamps, le président de la FFF Noël Le Graët et le capitaine Hugo Lloris. Tour d’horizon.

joueur footballeur europeen samir nasri

Ce qu’il dit sur Didier Deschamps

Ecarté des Bleus après le barrage contre l’Ukraine, Samir Nasri a mal vécu les justifications de Didier Deschamps. Quand il avait annoncé sa liste pour le Mondial, le sélectionneur avait justifié l’absence de Nasri par son incapacité à être remplaçant dans un groupe. Un problème dont n’a jamais voulu débattre l’ancien entraîneur de l’OM malgré les tentatives de leur agent commun, Jean-Pierre Bernès. «C’est là où je lui en veux. Qu’est-ce que j’ai fait pour que tu refuses même de me parler?, s’exclame le joueur. Après, c’était “non, il est trop intelligent, il va dire tout ce que j’ai envie d’entendre.”»

Relancé sur ce qu’il souhaiterait lancer à Deschamps s’il en avait l’occasion, Samir Nasri se fait encore plus critique. «Oh! (long silence) Je dirais… (il sourit et baisse un peu la tête) Je réfléchis… On ne sait jamais, il peut porter plainte… Je lui dirais que c’est un hypocrite et qu’il aurait dû se comporter en tant qu’homme, et assumer ses choix, en me disant: “Ecoute, c’est comme ça, tu ne viens pas, tu n’es pas content et bien tant pis.” Mais au moins avoir une discussion en tant qu’homme. Il a le temps de parler avec certains mais avec d’autres, non.»

Ce qu’il dit sur Noël Le Graët

Le président de la FFF n’est pas épargné non plus. A l’instar du sélectionneur tricolore, Noël Le Graët est rangé au rayon des hypocrites. Samir Nasri affirme qu’en privé, le dirigeant avait soutenu sa célébration de but décrié contre l’Angleterre à l’Euro 2012, où il avait demandé à un journaliste de «fermer sa gueule». «C’est la même personne qui, deux semaines après, alors qu’il avait besoin de redorer le blason de l’équipe de France, m’appelait toutes les heures pour me demander de faire des excuses publiques, raconte le joueur. Lorsque je l’ai fait, je n’ai plus entendu parler de lui.»

L’ex-joueur de l’OM raconte également avoir souhaité voir ses primes de l’Euro, dont il a été privé, versées à des associations. «On m’a dit: “non, ce n’est pas possible, ce sera reversé au football amateur.” “D’accord, je vais choisir les clubs dans lesquels j’ai joué alors.” Non, impossible car cela avait déjà été reversé. Tout ça parce qu’il y allait avoir des élections (pour la présidence de la fédération).»

Ce qu’il dit sur Hugo Lloris

Le gardien et capitaine des Bleus a aussi droit à son petit tir. Dans l’interview, le sujet Hugo Lloris arrive sur le tapis lorsque Nasri est interrogé s’il compte lui serrer la main la prochaine fois que Tottenham et City s’affronteront. «Oui… Je lui ai déjà demandé des explications. Il m’a dit que rien ne s’était passé alors que j’avais eu confirmation par un journaliste qu’il avait été voir Didier Deschamps, envoyé par trois joueurs, apparemment, pour lui demander de m’exclure du groupe après le match contre l’Ukraine, explique-t-il. Je l’ai appelé et il m’a dit que ce n’était pas vrai. Si j’en ai la confirmation, peut-être que je ne lui serrerai pas la main, je ne sais pas…» Avant d’enchaîner sur un «il n’y a pas de fumée sans feu».

Source: 20minutes.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.