Ligue des champions d’Europe : LE BAYERN ET LE BARÇA VONT DEVOIR S’EMPLOYER POUR TENIR LEUR RANG

 joueur football Bayern Munich Robert LewandowskiC’est le gros choc de ces quarts de finale de la Ligue des champions. Atlético Madrid-Barcelone, un duel au sommet entre le leader de la Liga et son poursuivant direct. Et si les Catalans souhaitent devenir la première équipe depuis le Milan AC à remporter deux années de suite la plus prestigieuse des compétition européenne (1989 et 1990), les Rojiblancos espèrent réitérer leur exploit de l’édition 2014, au cours de laquelle ils avaient atteint la finale, s’inclinant face au Réal Madrid (1-4, ap). Pour ce faire, il va falloir franchir l’obstacle du Barça. Une tâche qui s’annonce gigantesque mais pas impossible pour l’entraîneur Diego Simeone, confiant après le premier choc. «On se connaît bien. De notre côté, c’est bien de les affronter aussi souvent. Plus on joue contre eux, mieux c’est pour nous, je n’en doute pas», a confié l’argentin en conférence de presse d’avant match. «Ils sont très performants avec Luis Enrique (…) le plus important, c’est que les 18 joueurs que nous aurons à disposition comprennent que chaque minute sera vitale», a ajouté le technicien. Le tenant du titre barcelonais a gagné lors du match aller, et son adversaire est d’un autre calibre. Mais l’Atletico Madrid a marqué un but au Camp Nou (2-1), et se qualifierait s’il s’impose 1-0 aujourd’hui à Madrid. Barcelone paraît d’autant plus bousculé qu’il reste sur deux défaites consécutives en championnat, lors du clasico contre le Réal (2-1) puis contre la Real Sociedad (1-0). « Il faut se relever immédiatement », a réagi l’entraîneur Luis Enrique après les deux déconvenues. Le technicien catalan y voit une « merveilleuse opportunité de démontrer que nous sommes la meilleure équipe du monde ». Le Barça comptera encore sur son quintuple Ballon d’or Messi sauf que l’Argentin n’a plus marqué avec son équipe depuis le 16 mars. Alors que tout le monde voyait La Pulga inscrire le 500è but de sa carrière lors du dernier Clasico, le crack argentin ne marque plus avec le FC Barcelone. En effet, si le club catalan n’a pris qu’un point sur neuf possibles lors des trois dernières journées de Liga, la situation de sa Pulga, muette quatre matches, n’arrange pas les choses. Le dernier but du capitaine argentin avec les Blaugrana remonte ainsi au 16 mars dernier, contre Arsenal en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions (3-1). Depuis, Messi n’a pas fait trembler les filets face à Villarreal (2-2), au Réal Madrid (1-2), à l’Atlético en quart de finale aller (2-1) et donc à la Real Sociedad (1-0), soit depuis 362 minutes. A noter qu’il en va de même pour les passes décisives. Cela représente une éternité pour le quintuple Ballon d’or car, pour trouver une telle série blanche, il faut remonter aux 417 minutes entre avril et mai 2011. Dans le même temps, il convient de rappeler que Messi doit faire face à ses soucis avec le fisc espagnol et qu’il est cité dans la récente affaire des Panama Papers. L’international argentin a-t-il la tête ailleurs ? Il faut tout de même souligner que ces derniers temps, le joueur participe plus au jeu de création du Barça, se retrouvant donc plus éloigné du but. Il aura l’occasion de mettre un terme à cette mauvaise série aujourd’hui face à l’Atlético. Sorti vainqueur d’un huitième de finale d’anthologie face à la Juventus Turin (2-2, 4-2 a.p.), le Bayern Munich de Pep Guardiola a semblé beaucoup moins impérial en quart de finale aller, face à un adversaire pourtant autrement plus modeste, le Benfica. Certes, le Bayern n’a pas pris de but et s’est imposé tranquillement, 1-0, grâce à un but d’Arturo Vidal dès la 2e minute. Mais le club bavarois s’est montré timoré dans l’animation et imprécis devant le but (5 tirs cadrés sur 15). De là à l’imaginer défait à Lisbonne, par un Benfica qui n’a cadré qu’un seul tir à l’Allianz Arena, il y a une marge. Les buteurs attitrés Robert Lewandowski et Thomas Müller sont d’ailleurs encore restés muets, comme contre Benfica lors du quart aller. Les Allemands seront donc attendus mercredi soir et n’auront pas le droit à l’erreur eux qui avaient éliminé, en 8es de finale, la Juventus Turin après un match retour à rebondissements qui avait été jusqu’aux prolongations (4-2). Et heureusement pour les hommes de Pep Guardiola, Benfica sera privé de son meilleur buteur, Jonas. Plusieurs fois menaçant face à Manuel Neuer à l’aller, l’attaquant brésilien avait reçu un carton jaune après une semelle sur Arturo Vidal. C’est donc sans son meilleur élément que le Benfica devra donc créer l’exploit. A l’inverse, les Munichois pourront compter sur Kingsley Coman, qui avait été laissé au repos le week-end dernier contre Francfort.

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *