Les prostitués Russes à l’écart du Mondial

Pour les prostituées russes, le Mondial 2018 de foot et son public très masculin a toute les apparences d’une aubaine. En réalité, nombre d’entre elles vont rester à l’écart de l’événement pour échapper à la forte pression policière attendue.

«La plupart des maisons closes sont en train de fermer, la police prévient que celles qui resteront ouvertes le feront à leurs propres risques», explique à l’AFP Irina Maslova, à la tête de Serebriannaïa Rosa, une association de défense des droits des prostituées.

Et au final, seules les maisons disposant de protections assez puissantes au sein de la police et des autorités -en échange d’une partie de leurs revenus- pourront exercer pendant la Coupe du Monde qui s’ouvre jeudi jusqu’au 15 juillet.

Vantées comme «les meilleures au monde» par le président russe Vladimir Poutine, les prostituées étaient nombreuses à arpenter les rues pendant les années 1990, marquées par une libéralisation des mœurs et l’appauvrissement de nombreux Russes suivant la chute de l’URSS.

Ces dernières années, les autorités ont progressivement durci le ton, forçant des travailleuses du sexe à entrer dans la clandestinité. Le secteur a également subi de plein fouet la crise financière de 2014, causant une baisse de la demande et des tarifs.

Selon Mme Maslova, «les autorités et quiconque associé avec elles seront plus dures avec les soi-disant contrevenants à la loi et éléments indésirables» pendant la Coupe du Monde.

La Russie, qui a investi des milliards dans cet événement, tient à garder une image propre et sans accrocs, estime-t-elle.

SourceCNews

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *