Jeu d’échecs, championnat national : LES TICKETS DE LA SELECTION nationale EN JEU

Le coup d’envoi de la compétition a été donné mardi au Palais des sports avec comme enjeu principal la sélection en équipe nationale. Plusieurs joueurs peuvent prétendre au précieux sésame et les confrontations s’annoncent rudes

palais-sports-bamako-aci-2000

Le championnat national du jeu d’échecs a démarré mardi au Palais des sports d’Hamdallaye ACI et se poursuivra jusqu’au 30 décembre. La compétition regroupe une trentaine de joueurs venus des ligues de Bamako, Kayes, Koulikoro, Ségou, Tombouctou, et Kidal. Parmi les protagonistes, figurent cinq joueurs qui ont déjà brandi le prestigieux trophée. Il s’agit du champion en titre Bakary Traoré qui a été sacré 4 fois, Moustapha Diallo (10 titres, un record, ndlr), Bréma Bah, Siriké Diarra et d’Amadou Touré (1 titre chacun). «Le championnat national est une compétition de référence, un baromètre au plan national.
Il sert de base de sélection pour les compétitions internationales», a confié le président de la Fédération malienne du jeu d’échecs (FMJE), Ousmane Diakité. Cette 39è édition du championnat national se joue en système suisse de neuf rondes. «Chaque joueur doit faire neuf parties. Au début du tournoi, les joueurs sont classés selon leur force. Pour la première ronde, les joueurs sont divisés en deux sous-groupes : un sous-groupe S1 composé des joueurs forts et un sous-groupe S2 qui regroupe les joueurs de niveau inférieur. Par la suite, le premier de S1 joue contre le premier de S2, tandis que le deuxième de S1 s’explique avec le deuxième de S2. En cas de nombre impair le dernier est exempté et marque un point», a précisé le secrétaire général de la FMJE, Abdoulaye Coulibaly.
«Après chaque ronde, on regroupe les participants qui ont obtenu le même nombre de points, qui ne se sont jamais rencontrés. Ce système permet de tamiser. C’est la machine qui fait le tirage au sort avec le logiciel suisse manager, c’est très pratique», soulignera Abdoulaye Coulibaly.
«Le jeu d’échecs est un jeu d’intelligence et de stratégie. Dans le tirage au sort, la machine tient compte de l’aspect couleur. Au jeu d’échecs, la règle veut que le blanc joue en première position. Et quand on joue en première position, on a beaucoup d’avantage. A force égale, quelqu’un qui joue blanc doit normalement gagner.
C’est pour cette raison que la machine alterne la couleur entre les joueurs», renchérira le secrétaire général de la FMJE. Le système suisse ou système de tournoi suisse est un type de tournoi couramment utilisé dans les compétitions d’échecs et dans d’autres jeux où les joueurs ou les équipes doivent s’affronter deux à deux. Ce type de tournoi a été utilisé la première fois lors du championnat de Suisse d’échecs à Zurich en 1889.
Au jeu d’échecs, une victoire donne un point, contre une unité pour le match nul et zéro point pour la défaite. À l’issue de la dernière ronde (9è) de ce championnat national, les joueurs seront classés selon le nombre de points obtenus. Le joueur qui glanera le plus grand nombre de points (9 possibles) sera déclaré champion du Mali 2016 et succédera à Bakary Traoré qui a été sacré l’année dernière.
En cas d’égalité, on fera la somme des scores des adversaires du participant et le joueur dont les adversaires ont eu plus de points, sera déclaré vainqueur. Pour cette 39è édition du championnat national le vainqueur empochera une enveloppe de 150.000Fcfa, contre 100.000Fcfa pour son dauphin et 50.000Fcfa pour le troisième. Parmi les grands favoris de la compétition, on peut citer Bakary Traoré, le recordman du championnat, Moustapha Diallo, Bréma Bah et dans une moindre mesure, le champion du district Abdoulaye Coulibaly, Seydou Samaké, Siriké Diarra et Amadou Touré.
«L’enjeu du championnat national, c’est la sélection en équipe nationale, c’est-à-dire les joueurs appelés à défendre les couleurs nationales dans les compétitions internationales. En 2017, nous avons le Zonal 4.1 africain qui est prévu du 2 au 8 mars en Algérie et ce sont les meilleurs du championnat qui participeront à cette compétition.
Pour le Championnat d’Afrique individuel, ce sont les 3 premiers de chaque zone qui y participeront. Après 2017, notre pays organisera le zonal 4.1 africain en 2018. C’est dire que les échéances qui attendent nos joueurs sont nombreuses», dira Abdoulaye Coulibaly en rappelant qu’en 2010, le champion du Mali Bakary Traoré a battu l’Algérien Adouche Mohamed futur troisième du Championnat d’Afrique. «Bakary Traoré avait de bonnes chances de monter sur le podium en 2010, mais faute de moyens, le Mali n’a pu participer à la compétition. Aujourd’hui, Bakary Traoré est devenu grand Maître, il a les moyens d’offrir au Mali son premier titre africain de jeu d’échecs», conclura le secrétaire général de la fédération.

L. M. DIABY

 

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *