Harouna B. Maïga, président de la fédération malienne de basketball : “Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour une meilleure reprise du championnat national de D1”

” Les rapports qui existent entre la Fédération et le Cnosm sont techniques, financiers et des conseils “

Dans une interview qu’il a bien voulu nous accorder, Harouna B. Maïga, président de la Fédération malienne de basketball, s’exprime sur la réouverture des infrastructures sportives qui étaient fermées à cause de la pandémie de Covid-19, les différentes mesures prises par la Fédération pour une reprise des compétitions et la nature des rapports qui existent entre la Fédération malienne de basketball et le Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm).

Aujourd’hui-Mali: Comment la Fédération malienne de basketball vit-elle cette pandémie de Covid-19?

Harouna B. Maïga : Vous savez, nous venons de passer une dure période de cinq (5) mois. D’abord de l’inquiétude, mais également d’arrêt de toutes nos activités. Cependant, nous avons profité de cette période pour mettre un accent particulier sur la formation en ligne des acteurs du basketball. Il y a eu la formation pour les coaches, les arbitres, les photographes et les administrateurs, mais également nous avons participé à plusieurs réunions de la Fiba-Afrique et de la Fiba-Monde.

Après cinq mois de fermeture des stades, le département des Sports vient de les rouvrir, alors comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Nous avons accueilli cette nouvelle avec une très grande satisfaction. Vous savez, nous faisons partie des responsables qui ont demandé la réouverture des infrastructures sportives. D’abord, il y a de cela deux mois, nous avons fait une première requête auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports pour la réouverture des stades parce que nous avons voulu reprendre les compétitions le 30 juin dernier. Il est important de souligner que dès l’arrivée de la pandémie au Mali, nous avons été le premier à arrêter les compétitions, le temps d’observer l’évolution de la maladie. En plus de cela, nous avons avisé l’ensemble de nos ligues régionales pour qu’elles puissent arrêter toutes les compétitions. Par la suite, le département des Sports a fait un communiqué pour la fermeture de toutes les infrastructures sportives du pays.  Maintenant, s’ils ont décidé de les rouvrir, nous ne faisons que nous réjouir de cette nouvelle. Cela va nous permettre de reprendre les compétitions.

Dans cette perspective, quelles sont les mesures prises par la Fédération pour une meilleure reprise des compétitions ?

Déjà, nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour la reprise des compétitions. D’abord, la toute première mesure que nous avons prise est la reprise du championnat national de basketball D1. Ensuite, nous allons achever la phase aller et retour du championnat. Nous avons également décidé de jouer toutes les rencontres du championnat à huis clos dans une seule salle, le palais des Sports Salamatou Maïga. Il y a une seule équipe régionale en première division D1, nous avons demandé leur indulgence afin d’accepter que nous puissions jouer toutes les rencontres à Bamako.

En plus de cela, nous allons exiger le respect des mesures-barrières édictées par les autorités sanitaires du pays, à savoir le port de masques, le lavage des mains au savon et tous les acteurs qui accéderont à la salle seront soumis à des prises de température. Nous allons aussi mettre à l’entrée de la salle des Termo flashes et des kits de lavage des mains. Pour les responsables qui vont rentrer dans la salle, ils seront tenus de respecter la mesure de distanciation réglementaire. Enfin, il y aura plusieurs rencontres à la fois, les équipes qui terminent leurs rencontres seront priées de sortir de la salle.

Pour les supporters, ils peuvent suivre toutes les rencontres en direct sur le live streaming, le site internet, la page Facebook de la Fédération malienne de basketball et sur Youtube. Hormis tout cela, le groupe Renouveau TV, qui est l’un des partenaires de la Fédération malienne de basketball, va diffuser deux rencontres du championnat par semaine.

Pour parler des compétitions, y a-t-il des innovations ?

Des innovations, il y en avait bien avant la pandémie de Covid-19, c’est-à-dire le championnat allait se jouer en trois phases. Une première phase qui sera des matches aller et retour où les équipes vont se rencontrer. A l’issue de cette première phase, les quatre premières équipes vont s’affronter en Top 4. Au terme des confrontations entre ces quatre premières équipes, les deux premières vont s’affronter en Play-off. Et la première équipe qui remportera trois rencontres du Play-off sera consacrée championne du Mali. En plus de cela, depuis l’année dernière, nous avons essayé de valoriser davantage le titre de champion et de vice-champion. Cette année, le troisième et le quatrième du championnat vont également bénéficier de ressources.

À l’instar du football qui a reçu le soutien financier de la Fifa, est-ce qu’il en a été de même avec la Fiba-Monde ?

Vous savez, le basketball n’est pas comme le football qui a plus de partenaires. D’où même la création de One-Fiba afin que tout le monde, y compris les clubs africains, puissent bénéficier de l’appui des sponsors de la Fiba-Monde. Pour le moment, nous n’avons pas eu de fonds Covid-19 de la Fiba-Monde. Nous comptons seulement sur nos partenaires et sponsors locaux. Nous ne savons pas s’ils vont se prononcer, mais jusqu’à présent ils ne l’ont pas fait.

Aujourd’hui, que peut-on dire sur les relations entre la Fédération malienne de basketball et le département des Sports ?

Nous avons de très bonnes relations avec le département des Sports. La preuve en est que ce sont les infrastructures sportives de l’État que nous utilisons pour nos compétitions de basketball. Le ministère de la Jeunesse et des Sports est le premier partenaire de la Fédération malienne de basketball parce que c’est lui qui nous soutient dans toutes nos activités internationales, à savoir les sorties, les billets d’avion des équipes et même la motivation des joueurs en les dotant des primes.

Et quelle est la nature des rapports entre le Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) et la Fédération malienne de basketball ?

Les rapports qui existent entre la Fédération malienne de basketball et le Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) sont d’abord techniques, financiers et de conseils. Quand je dis technique, le Cnosm participe à la formation de plusieurs de nos cadres, de nos entraîneurs et de nos administrateurs. En plus de cela, il nous octroie également des bourses de formation pour les entraîneurs. Il y a plusieurs de nos entraîneurs qui sont allés passer des grades de haut niveau avec une bourse du Cnosm. Les équipes nationales, surtout celles féminines, bénéficient beaucoup de la bourse olympique dans le cadre de leur préparation. D’ailleurs, c’est la quatrième année consécutive que la Fédération malienne de basketball bénéficie de cette bourse olympique.

Si vous avez un message à lancer au monde du basketball. Lequel serait-il ?

Le mot que j’ai à l’endroit du monde de basketball, surtout les supporters des clubs, c’est de demander leur indulgence par rapport à la pandémie. Nous sommes en train de reprendre les activités et les rencontres vont se jouer à huis clos. Nous avons pris des engagements à respecter les dispositifs édictés par les autorités sanitaires du pays. Nous leur demandons d’accepter de suivre les rencontres du championnat sur les différentes plateformes et à la télé. Dès que la situation sera stable, nous ouvrirons les salles pour eux.

 Réalisé par Mahamadou TRAORE

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *