Fraude sur l’âge à la CAN U17 La Guinée risque la disqualification

En dépit de sa qualification  pour la finale, la Guinée risque d’être disqualifiée de la CAN de football des moins de 17 ans. Après une plainte du Sénégal, de nouveaux éléments prouvant une fraude sur l’âge de deux joueurs auraient été fournis à la CAF par le Japon.

Déjà qualifiée pour la finale de la CAN des moins de 17 ans,  la Guinée pourrait bien être exclue de la compétition. En effet, le Syli Cadet est visé par une plainte du Sénégal pour fraude sur l’âge de deux joueurs (Aboubacar Conté et Ahmed Tidiane Keita). La Fédération Sénégalaise soutient que les deux joueurs cités évoluent dans le tournoi avec des passeports différents (nés en 2002) de ceux qu’ils ont utilisés dans un autre tournoi au Japon, il y a deux ans (nés en 2001).

Débouté dans un premier temps par la Commission de discipline de la CAF, le pays des Lions de la Teranga, qui dispose de nouvelles preuves, revient à la charge et menace de porter l’affaire devant le Tribunal arbitral du Sport (TAS).

Le Japon, où les deux joueurs ont participé à un tournoi U16 en 2017, aurait fourni des éléments complémentaires à la CAF. L’étau se resserre donc autour du Syli cadet, qui a écarté le Nigeria en demi-finale (0-0, 10-9 après les tirs au but).

Le Mali avait une opportunité de défendre son titre

Pour rappel, depuis le tournoi éliminatoire de la Zone UFOA A, tenue du 9 au 18 septembre 2018 àDakar (Sénégal), des soupçons ont été portés sur l’âge des joueurs de la Guinée. Même si sept d’entre eux ont été épinglés par l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), d’autres ont miraculeusement échappé  à ce test pour déterminer l’âge. Votre quotidien de référence, l’Indépendant, dans sa parution du 11 janvier 2019, avait souligné le cas d’Alya Touré.  Supposé avoir 17 ans, le dossard numéro 7 avait, en effet, 24 ans au moment où le Syli cadet barrait la route de la phase finale au Mali.

A noter qu’Alya Touré, enregistré dans les données de la CAF comme étant né le 4 janvier 2002 alors qu’en réalité il a vu le jour le 4 janvier 1995 à Conakry, a bel bien participé à la victoire de son équipe face au Mali (2-2/ 5-4 après T.A.B), le dimanche 16  septembre, au Stade Ngalandou Diouf de Rufisque.

Malheureusement pour le Mali, le Comité de Normalisation (CONOR) de la Fédération Malienne de Football (FEMAFOOT) est resté en marge de l’intransigeance sur la tricherie sur l’âge des joueurs. En dépit de notre alerte, il n’a  déposé aucun recours à la CAF contre la Guinée. Du coup, le Mali a raté une chance d’aller défendre son double titre de Champion d’Afrique en Tanzanie.

Toutefois, si le Sénégal arrive à prouver ces fraudes sur l’âge, le Syli cadet risque de lourdes sanctions.

SIC

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *