FOOTBALL ROBERTO MANCINI PREND LES RÊNES DE L’ITALIE

L’ancien international a officiellement été nommé à la tête de la Squadra Azzura, sans entraîneur depuis novembre.

C’est désormais officiel: Roberto Mancini est le nouveau sélectionneur de l’équipe d’Italie, a annoncé lundi soir la Fédération italienne (FIGC). L’ancien entraîneur notamment de l’Inter Milan et de Manchester City avait obtenu dimanche du Zenit Saint-Pétersbourg la résiliation du contrat qui les liait.

Engagé pour deux ans

L’Italie était sans sélectionneur depuis le mois de novembre et son élimination face à la Suède en barrages d’accession à la Coupe du Monde, qui avait sonné le glas de Gian Piero Ventura.

Le technicien de 53 ans devrait percevoir, selon les informations de la Gazzetta dello Sport, un salaire de deux mio d’euros par an. Il a signé pour deux ans.

Pendant ses 17 saisons comme entraîneur, Mancini a conduit Manchester City à son premier titre de champion d’Angleterre après 44 ans d’attente, en 2012. Il a aussi remporté trois fois le championnat d’Italie avec l’Inter Milan, et plusieurs Coupes d’Italie avec l’Inter, la Fiorentina et la Lazio.

Le défi est de taille pour Mancini, le football italien se trouvant au creux de la vague, avec une génération qui peine à s’affirmer, souvent faute de trouver de l’embauche dans les formations de pointe de la Botte.

En dents de scie

Championne du monde pour la quatrième fois de son histoire en 2006, la Squadra Azzurra a ensuite alterné le bon (à l’Euro) et le mauvais (au Mondial). Si elle n’a pas à rougir de ses prestations sur la scène continentale – finale en 2012, éliminations en quarts de finale aux tirs au but face à l’Espagne en 2008 et en prolongation face à l’Allemagne en 2016 -, ses performances à la Coupe du monde ont été calamiteuse. La Nazionale est sortie à chaque fois dès la phase de poules tant en Afrique du Sud en 2010 qu’au Brésil en 2014.

Il y a deux ans, à l’Euro en France, son sélectionneur Antonio Conte misait encore surtout sur le quartette défensif de la Juventus Gianluigi Buffon-Leonardo Bonucci-Giorgio Chiellini-Andrea Barzagli. Une arrière-garde vieillissante qui n’a toujours pas trouvé de successeur.

La situation au milieu de terrain et en attaque n’est pas plus encourageante et Mancini aurait déjà fait une priorité du retour en sélection du fantasque Mario Balotelli, qu’il a déjà eu sous ses ordres en club, capable de tout pour le meilleur et pour le pire. Et Lucien Favre, le coach de Nice, peut en témoigner.

le matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *