Espagne : UNE LIGA HALETANTE

 

joueur footballeur attaquant uruguayen luis suarez duel defenseur italien giorgio chiellini cm coupe monde

Avec un quadruplé revigorant de Luis Suarez, le FC Barcelone a balayé La Corogne 8-0 pour conserver la tête du classement de la Liga, restant néanmoins sous la menace de l’Atletico, vainqueur à Bilbao 1-0, et du Réal Madrid, tombeur de Villarreal 3-0. Ce festival offensif pour la 34è journée redonne des couleurs au Barça, même si le leader catalan (1er, 79 pts) reste talonné par ses deux poursuivants madrilènes à quatre matches de la fin.
Barcelone garde sa première place grâce à une différence de buts particulière favorable par rapport à l’Atletico Madrid (2è, 79 pts), qui a battu l’Athletic Bilbao sur un but de Fernando Torres (38è). Et le Réal Madrid (3è, 78 pts) reste en embuscade après avoir dompté Villarreal sur des buts de Karim Benzema (41è), Lucas Vazquez (70è) et Luka Modric (76è).
Quoi qu’il en soit, le Barça peut se réjouir d’avoir redressé la barre après trois défaites consécutives en Liga et une rude élimination en Ligue des champions contre l’Atletico. Avec quatre journées encore à disputer, conserver le titre de champion d’Espagne reste à portée pour les Catalans. « Le défi qui nous attend est merveilleux. Nous repartons avec un résultat spectaculaire », s’est réjoui l’entraîneur barcelonais Luis Enrique.
Auteur de quatre buts (11è, 24è, 53è, 64è), Luis Suarez était déchaîné : il a en outre signé trois passes décisives pour Ivan Rakitic (47è), Lionel Messi (73è) et Neymar (81è). Le défenseur Marc Bartra (79è) a lui aussi participé à la fête. Avec désormais un total de 30 buts en Liga, Suarez revient à une petite longueur du Madrilène Cristiano Ronaldo, actuel meilleur buteur de la compétition (31 buts). Mais El Pistelero dépasse CR7 d’une unité, toutes compétitions confondues (49 contre 48).
Mais malgré ce sursaut barcelonais, gare à l’Atletico, qui reste plus que jamais dans la course!  Toujours aussi compacts face à une bonne équipe de Bilbao, les « Colchoneros » sont allés s’imposer au stade San Mames dans ce qui ressemblait à leur match le plus difficile en Liga sur cette fin de saison. Et ils restent à hauteur des Catalans au classement, prêts à profiter du moindre faux pas. L’unique but de la rencontre a été l’oeuvre de Fernando Torres (38è), buteur lors de ses cinq dernières apparitions, toutes compétitions confondues. L’attaquant espagnol a placé une jolie tête sur un bon ballon du Français Antoine Griezmann, passeur décisif pour son 100è match, toutes compétitions confondues sous le maillot « colchonero ».
Cette victoire a néanmoins un prix pour l’Atletico : le patron de la défense madrilène, l’Uruguayen Diego Godin, a été contraint de sortir, blessé à la cuisse droite (10è). De mauvais augure pour la demi-finale aller de Ligue des champions contre le Bayern Munich programmée la semaine prochaine. En soirée, le Réal Madrid avait lui aussi un choc à négocier, face à Villarreal. Les hommes de Zidane, malgré la vitesse du « sous-marin jaune », ont bien dominé la rencontre.
Et ils ont été récompensés avec l’ouverture du score : sur un centre-tir de Cristiano Ronaldo, le gardien Sergio Asenjo a repoussé le ballon sur Karim Benzema, qui a marqué de la tête son 23è but dans cette Liga. Le Français, d’un une-deux impeccable, a ensuite lancé Vazquez vers le deuxième but (70è). Et le troisième but, splendide, a été signé Modric (76è). Une semaine après sa mise à l’écart de l’équipe de France en vu de l’Euro-2016, Benzema confirme match après match son excellente forme du moment. Et grâce à lui, le Réal reste en course pour le titre, au terme d’une soirée synonyme de statu quo en tête d’une Liga haletante.

Jeux olympiques : LA FLAMME DES JEUX PART DU SITE ANTIQUE D’OLYMPE

La flamme des Jeux olympiques de Rio (5-21 août) a été allumée hier conformément au rituel traditionnel sur le site grec d’Olympie, berceau des Jeux de l’antiquité et point de départ du relais à travers la Grèce puis le Brésil.
« Nous écrivons l’histoire aujourd’hui (…) ces Jeux olympiques seront un message d’espoir en ces temps difficiles et la flamme va apporter ce message dans tous les coins du Brésil et dans le monde entier », a affirmé Thomas Bach, président du Comité international olympique, quelques minutes avant l’allumage à 09h52 GMT (11h52 française) de la flamme pour les JO-2016, les premiers dans un pays d’Amérique du Sud.
Des actrices revêtues de longues tuniques plissées crème et entourées d’un choeur, ont invoqué Apollon, dieu antique du soleil, sur le temple de Héra datant de 2.600 ans. La « grande prêtresse » Katerina Lehou, une actrice grecque connue, a capté au moyen d’un miroir parabolique les rayons du soleil pour allumer la flamme.
Ensuite dans une lente chorégraphie, la grande prêtresse devait allumer la torche du premier porteur, le gymnaste grec et champion du monde des anneaux, Lefthéris Petrounias, qui passera le relais à l’ex-star brésilienne de volley-ball, Giovane Gavio.
Ce rituel à l’antique, qui entend établir un lien entre les époques, avait été inauguré lors des Jeux hitlériens de Berlin en 1936 et représente la symbolique olympique de la flamme datant de l’antiquité, quand un feu demeurait allumé à Olympie tout au long de la compétition. Le relais de la flamme, qui va durer quatre mois, va traverser la Grèce et 300 villes brésiliennes avant d’arriver au stade olympique de Maracana le 5 août, lors de la cérémonie d’ouverture.

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *